Je pars aujourd'hui pour l'Allier, pour un week-end de crop qui promet d'être bien sympathique (je sais que je vais revoir certaines bouilles connues et je m'en réjouis !). Croisez les doigts pour moi afin que la météo me laisse faire le trajet tranquillement et que la neige m'épargne durant les 4 h de route qui m'attendent !
Mon blog sera donc en pause jusqu'à lundi.... et durant ce week-end,  je vous laisse avec ce texte... à méditer... à appliquer...

Si tu ne trouves pas le bonheur,
C'est peut-être que tu le cherches ailleurs...
Ailleurs que dans tes souliers.
Ailleurs que dans ton foyer.

Selon toi, les autres sont plus heureux 
Mais toi tu ne vis pas chez eux.
Tu oublies que chacun a ses tracas 
Tu n'aimerais sûrement pas mieux leur cas. 

Comment peux-tu aimer la vie 
Si ton coeur est plein d'envie,
Si tu ne t'aimes pas,
Si tu ne t'acceptes pas ? 

Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute,
C'est de rêver d'un bonheur trop grand.
Sache cueillir le bonheur au compte-gouttes :
Ce sont de toutes petites qui font les océans.

Ne cherche pas le bonheur dans tes souvenirs.
Ne le cherche pas non plus dans l'avenir.
Cherche le bonheur dans le présent.
C'est là et là seulement qu'il t'attend. 

Le bonheur ce n'est pas un objet
Que tu peux trouver quelque part hors de toi.
Le bonheur ce n'est qu'un projet
Qui part de toi et se réalise en toi.

Il n'existe pas de marchands de bonheur
Il n'existe pas de machines à bonheur.
Il existe des gens qui croient au bonheur.
Ce sont des gens qui font eux-mêmes leur bonheur.

Si, dans ton miroir, ta figure te déplaît,
A quoi sert de briser ton reflet ?
Ce n'est pas ton miroir qu'il faut casser.
C'est toi qu'il faut changer !

Charles-Eugène Plourde
Une lumière sur mes pas

Edit à 12h30 : ne vous étonnez pas de ne pas voir apparaître votre message si vous avez la gentillesse de m'en laisser un ; en effet, comme à chaque fois que je m'absente plusieurs jours, pour éviter les abus j'ai activé le fonction de modération et les messages postés ne seront donc visibles que lorsque je les aurai validés, à mon retour...