Uriage2014
Après une pause en 2013 à cause de la météo défavorable, M. Cath s'est rendu de nouveau à Uriage pour la 15ème édition d'Uriage Cabriolets Classic. Cette année, le travail du photographe a été difficile en raison d'une grande affluence de visiteurs et de l'apparition de barrières métalliques, de cordes et de poteaux destinés à protéger les voitures des visiteurs peu respectueux. Cette manifestation attirait il y a quelques années un public de passionnés et n'avait pas besoin de "garde-fous". Les organisateurs se sont orientés vers un rassemblement plus commercial, avec davantage de publicité entraînant une affluence plus importante. Les sponsors affichent des banderoles publicitaires partout, gâchant l'esthétique apportée par les autos de collection. M. Cath déplore ce virage commercial qui, malheureusement, incite les propriétaires d'autos exceptionnelles à ne PLUS venir à Uriage.

JMB_5149

JMB_4682

JMB_4680

L'emblème de la marque Hotchkiss ressemble à l'insigne militaire américain de "l'Ordnance Department". Il s'agit de deux canons croisés surmontés d'une grenade en feu, le tout entouré par un ceinturon fermé. Cet emblème rappelle l'origine de la marque dans la fabrication d'armes. En effet, Benjamin Berkeley Hotchkiss a installé une filliale de son entreprise américaine de fabrication d'armes dans les environs de Rodez en 1875. En 1904, l'entreprise se diversifia et commença à fabriquer des automobiles. En 1922, Hotchkiss adopta le slogan " la voiture du juste milieu" qui correspondait à sa clientèle de bourgeois aisés qui recherchaient le confort et la discrétion. La marque a remporté 6 fois le rallye Monte Carlo en 1932, 1933, 1934,1939, 1949 et 1950. En 1936, la marque lance la fabrication de poids lourds. Elle fusionnera en 1956 avec Brandt pour se spécialiser dans les camions de pompiers. En 1966, Brandt s'associe à Thomson puis  devient en 1971 Thomson CSF pour fabriquer des véhicules militaires et ainsi boucler la boucle du ceinturon de l'origine de la marque.    

JMB_4679

JMB_4699

JMB_5053

Certaines autos de collection ont un parcours mouvementé. C'est le cas de cette traction cabriolet...

JMB_4710

...dont voici l'histoire.

JMB_4695

JMB_4901

JMB_4915

JMB_5267

JMB_4691

JMB_5248

JMB_4739

Au cours des années 50, les autos américaines aux formes extravagantes attirent l'attention des européens. Simca va franchir le pas en rachetant Ford France en 1954 et produire sous son nom des autos conçues par Ford. Cette gamme au nom de châteaux français verra l'apparition des Versailles, Trianon, Beaulieu, Marly et Chambord sur la photo ci-dessus. Tous ces modèles feront partie des rares autos françaises à être équipées de moteur V8.     

JMB_5042

JMB_4741

Pour Renault l'influence américaine va se limiter au design extérieur, en gardant des dimensions adaptées aux routes françaises. Les motorisations resteront également raisonnables. Ici, la Floride possède un moteur de 854 cm3 ; on est loin des 2400 cm3 du V8 des Simca. La Floride, dessinée par le designer italien Pietro Frua, verra le jour en 1958. Son moteur et son chassis seront empruntés à la Dauphine. Elle sera commercialisée aux USA sous le nom de Caravelle pour ménager la susceptibilité des autres états américains. En 1962, sa cylindrée passe à 956 cm3 et elle sera équipée de 4 freins à disques (une 1ère pour une auto française). Le coupé prendra à ce moment le nom de Caravelle en France tandis que le cabriolet gardera le nom de Floride. Elle a été fabriquée à 117 000 exemplaires jusqu'en 1968.   

JMB_4800

JMB_4774

JMB_4893

 M. Cath vous avait déjà raconté l'historique de la marque Salmson ici...

JMB_4897

JMB_4924

JMB_5151

Berliet est un constructeur automobile français créé en 1901. En 1906, la société American Locomotive Motor Car Company, qui fabrique des locomotives, rachète à Berliet la licence de construction d'une auto de course qui avait remporté la Targa Bologna. En souvenir de cet accord qui permet le développement de l'entreprise, le logo de la marque devient une locomotive américaine stylisée. Berliet a fabriqué des autos de luxe jusqu'en 1939 puis des poids lourds à partir de 1946 avant d'être racheté par Renault en 1974. La marque disparaît des calandres en 1980 au profit de RVI (Renault Véhicules Industriels).

 

JMB_4785
La marque Simca Fiat s'est appelé ainsi de 1935 à 1938, puis est devenue Simca jusqu'à 1980 où elle a été rachetée et abandonnée par Peugeot.

JMB_5176

JMB_5273

JMB_5274

JMB_5271

JMB_5122

JMB_5123

JMB_5130

JMB_4723

JMB_4750

JMB_4747

JMB_4813

JMB_5128

JMB_4765
La Volkswagen coccinelle demeure la voiture la plus vendue au monde avec 21 millions d'exemplaires. C'est la 1ère auto construite par la marque Volkswagen, qui veut dire "voiture du peuple". Elle est conçue par Ferdinand Porsche et produite à partir de 1938. Son patronyme officiel était "type 1" mais elle s'est vue attribuer de nombreux surnoms affectueux en raison de ses formes rondes : scarabée en Allemagne, Royaume uni, Pays Bas, Espagne, hanneton en Italie et coccinelle en France. Elle a été dessinée par Erwin Komenda qui a également dessiné la Porsche 356, le 550 spyder, et a participé au dessin de la 911. Le cahier des charges de la coccinelle était contraignant car l'auto devait convenir au plus grand nombre. Elle devait être puissante et économique, pouvoir transporter 5 personnes ; son poids maxi devait être de 600 kg et elle devait résister à tous types d'intempéries car à l'époque il n'y avait pas beaucoup de garages pour abriter les autos. Enfin son prix ne devait pas excéder 1000 reichsmarks.       

JMB_5077

Dans la perspective d'une production de masse et pour parvenir à ce prix bas, Ferdinand Porsche part aux Etats-Unis pour apprendre les techniques industrielles de fabrication à grande échelle que seule l'Amérique connaît alors. La 2ème guerre mondiale retarde la fabrication de l'auto car les usines sont utilisées par l'armée pour fabriquer des équivalents de jeep et des véhicules amphibies. Après la guerre, la coccinelle est devenue rapidement la 1ère auto étrangère la plus vendue aux Etats-Unis. Elle était plus coquette et plus maniable que les imposantes autos de l'époque  et a beaucoup plu aux femmes américaines. La millionième coccinelle sort des usines de Wolsburg le 5 août 1955. Elle parcourt 5000 km à travers l'Allemagne avant de rejoindre le musée de la marque. La production de la coccinelle est arrêtée en  Europe en 1978 ; elle va continuer jusqu'en 2003 au Mexique. En 1998 apparaît la New Beetle, une évolution moderne qui sera fabriquée jusqu'en 2010. En 2011, la coccinelle réapparaît en France avec une carrosserie actualisée et très réussie. Cette nouvelle auto porte, dans  chaque pays où elle est commercialisée, le surnom local donné à son ancêtre de l'époque. L'histoire continue pour la coccinelle....

JMB_4922

JMB_4934

JMB_4761

Reconnaissez qu'avec le public, c'est tout de suite moins esthétique ! 

JMB_5140

JMB_5136

JMB_5058

JMB_5060

JMB_5134

JMB_5082

Porsche 356, dessinée par le designer de la coccinelle Erwin Komenda. Elle a un air de famille indéniable... Pour la petite histoire, jusque dans les années 80, les Porsche avaient certaines pièces communes aux coccinelle, notamment le pédalier excentré par rapport au siège conducteur sur les 911 (ce qui était fort désagréable mais chut!!  Les vendeurs de Porsche n'en faisait pas état bien sûr !).

JMB_5066

Volvo P1800, dessinée par le cabinet de design de Pietro Frua elle a été produite de 1961 à 1972. Cette auto a été rendue célèbre en 1962 par la série "Le Saint" car elle véhiculait Simon Templar (incarné par Roger Moore). Depuis le 17 septembre 2013, un exemplaire  acheté en 1966 a établi le record mondial du plus haut kilométrage automobile réalisé avec 4 828 032 km parcourus aux USA.

JMB_5043

JMB_5180
Chevrolet Bel Air, le cabriolet familial par excellence...

JMB_5227A suivre demain....