"Le monde des livres est le plus grand de tous les mondes que l'homme n'a pas reçus de la nature mais tirés de son propre esprit."
Herman Hesse

Vos commentaires, coups de coeur, suggestions de lecture.... et autres (!!) sont toujours les bienvenus sur les articles de mon "coin lecture".

Image3

Marie d'en haut

Présentation de l'éditeur :
A trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource. Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n'hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre qu'il n'est pas le bienvenu. 
Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures. C'est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie. Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L'enjeu? Le coeur de Marie.

Marie d'en haut est le troisième roman d'Agnès Ledig que je lis (mais le premier qu'elle a écrit) et j'ai une fois encore retrouvé le même plaisir au fil des pages. J'aime ses personnages attachants, la tendresse et la sensibilité de son écriture.
Un livre qui fait du bien, que j'ai dégusté comme une petite douceur et que je conseille aux personnes qui aiment être émues par les choses simples de la vie

On ne peut pas refuser les excuses de quelqu'un, quand elles sont sincères. Il faut les utiliser comme une éponge humide sur le tableau noir et se laisser la chance de réécrire une autre leçon.

  

Rien ne s'oppose à la nuit

Présentation de l'éditeur : 
Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. D. de V.

Des éloges dans les médias, des avis de lecteurs plutôt enthousiastes, des prix littéraires (Prix du roman Fnac 2011, Prix Renaudot des lycéens 2011, Prix roman France Télévisions 2011, Grand prix des lectrices de Elle 2012) et pourtant, j'ai trouvé ce livre ennuyeux et j'avoue avoir "calé" bien avant la fin !
Je n'ai pas aimé le style d'écriture, je n'ai pas aimé l'ambiance glauque de cette auto-analyse , je n'ai pas aimé le sentiment de voyeurisme qu'elle m'a procuré... bref, je n'ai jamais réussi à m'intéresser un tant soit peu à l'histoire racontée dans ce roman nombriliste  (encore moins à entrer vraiment dedans) et je me suis arrêtée après la lecture laborieuse du premier tiers.
Du même auteur, j'avais pourtant adoré "No et moi"....

 

Où on va Papa ?

Présentation de l'éditeur : 
Un père décide d'écrire un livre à ses deux garçons handicapés : ses peines, ses remords mais aussi ses joies. Une œuvre littéraire plus que documentaire, sorte de déclaration d'amour disloquée, dans un style incisif et clair, faits de chapitres courts comme des respirations suspendues. 150 pages pour se souvenir de Mathieu et de Thomas, rire pour ne pas pleurer.

Le thème de ce livre n'est pas des plus faciles ; l'aborder sous l'angle de l'humour (parfois grinçant !) et de l'autodérision le rend encore plus "casse-gueule". J'ai pour ma part beaucoup aimé ce court récit au style unique, que j'ai trouvé très touchant. Jean-Louis Fournier réussit à nous faire partager des instantanés de son quotidien avec ses "deux moineaux" avec beaucoup de pudeur, de simplicité et surtout d'amour.

Quand je pense que je suis l’auteur de ses jours, des jours terribles qu’il a passés sur Terre, que c’est moi qui l’ai fait venir, j’ai envie de lui demander pardon.

 Quand je parle de mes enfants, je dis qu'ils ne sont "pas comme les autres". ça laisse planer un doute. Einstein, Mozart, Michel-Ange n'était pas comme les autres

 

Une dernière danse

Présentation de l'éditeur : 
Derrière les tours majestueuses de l Alhambra, les ruelles de Grenade résonnent de musique et de secrets. Venue de Londres pour prendre des cours de danse, Sonia ignore tout du passé de la ville quand elle arrive. Mais une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique histoire de la cité de Garcia Lorca et de la famille qui tenait les lieux.

Soixante-dix ans plus tôt, le café abrite les Ramirez : trois frères qui n ont rien d autre en commun que leur amour pour leur s ur, Mercedes. Passionnée de danse, la jeune fille tombe bientôt sous le charme d un gitan guitariste hors pair. Mais tandis que l Espagne sombre dans la guerre civile, chacun doit choisir un camp. Et la fratrie va se déchirer entre résistance, soumission au pouvoir montant, ou fuite.
Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d imaginer à quel point cette histoire va bouleverser sa propre existence...

J'avais adoré L'île des oubliés et c'est donc avec enthousiasme que j'ai commencé la lecture du dernier roman de Victoria Hislop. Un enthousiasme vite refroidi à la lecture de la première partie que j'ai trouvée bien trop longue et sans intérêt. La suite du livre, sur fond de guerre civile espagnole, est bien documentée mais c'est au détriment de l'intrigue qui passe souvent au second plan. On ne sait plus  si on est dans un roman ou un livre d'histoire ! Le style manque de fluidité à mon goût, le dénouement est cousu de fil blanc et même si la page d'histoire est bien documentée, j'ai trouvé beaucoup trop de longueurs et n'ai jamais réussi à rentrer vraiment dans l'histoire ni à m'attacher aux personnages

 

13 à table

Présentation de l'éditeur : 
13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles centrées autour d'un thème commun : un repas. Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues... Du noir, de la tendresse, de l'humour, de l'absurde, à chacun sa recette. 13 repas à déguster sans modération, alors à table !

Je ne suis pas une grande amatrice de nouvelles mais ce recueil-là a une saveur particulière puisqu'il a été écrit par plusieurs auteurs que j'apprécie beaucoup (comme Legardinier, Agnès Ledig ou encore  E-E. Schmitt pour en citer qu'eux) au profit des Restos du Coeur  (1 livre acheté : 3 repas distribués). Les nouvelles sont inégales mais après tout, puisqu'on nous parle cuisine, il en faut pour tous les goûts ! Et je me suis régalée avec certaines d'entre elles...

 

Projet Anastasis

Présentation de l'éditeur : 
Jean Legarec, responsable d’une agence privée de renseignements, n’a qu’une vague idée de ce qu’il va affronter lorsqu’il accepte une demande inhabituelle : enquêter sur la disparition d’un enfant de six ans, petit-fils d’un homme politique français influent. Pour un million d’euros, il va se lancer dans des recherches qui lui feront prendre tous les risques et le confronteront à son propre passé.

Passant d’une ville de Paris secouée par des attentats sanglants aux neiges munichoises, de l’apparente douceur de l’île de Malte aux sombres forêts vosgiennes, le privé va croiser des témoins qui lui apporteront, pièce par pièce, la preuve d’un complot prenant racine dans le mal absolu. Ses alliés : un déporté des camps de la mort encore vigoureux, une historienne allemande sans tabou, d’anciens mercenaires aux méthodes très personnelles, une Alsacienne au charme discret, mais efficace, un ancien militaire qui rêve de sa Provence, des diplomates qui n’ont jamais vraiment pris leur retraite… Quand l’argent et le pouvoir sont en jeu, l’imagination ne connaît pas de limite, et la vie n’a plus de prix.

Le dernier livre que je vous présente aujourd'hui est particulier pour moi. Vous vous souvenez peut-être de "Au cœur du solstice" dont je vous avais parlé il y a quelques mois (ici exactement). Suite à la lecture de ce roman (dont l'intrigue se déroule dans ma région), j'étais entrée en contact avec l'auteur et sa femme. Après quelques échanges de mails, ils m'ont proposé de participer à la relecture et la correction du Projet Anastasis, sur le point de paraitre. C'est avec plaisir (et un peu d'appréhension !) que j'ai accepté. C'était une expérience toute nouvelle pour moi et je ne suis pas certaine d'avoir pris la mesure de l'ampleur de la tâche au moment où j'ai accepté (le roman compte plus de 500 pages en version papier). Du coup, j'ai beaucoup de mal à donner mon ressenti sur ce livre, que je n'ai pas lu de manière aussi fluide qu'en temps normal. Le but était en effet de chercher les fautes qui auraient échappées aux précédentes relectures et il m'arrivait de lire plusieurs pages sans même avoir compris l'histoire, juste à chercher les erreurs ! Je  revenais alors en arrière et relisais ces dernières pages pour suivre l'intrigue... Inversement, parfois prise dans le suspens, je me rendais compte que je n'avais pas lu assez attentivement et, de peur qu'une erreur ne m'ait échappée, je revenais quelques pages en arrière. Bref, au final j'ai passé beaucoup (trop ?) de temps sur ce roman et j'étais contente lorsque ma mission est arrivée à son terme !
Par conséquent, je ne peux que vous encourager à lire les excellentes critiques des lecteurs sur Amazon ; peut-être cela vous donnera-t-il l'envie de découvrir ce Projet Anastasis (avec une petite pensée pour moi qui ai participé à sa relecture !)