"La littérature est l'art de savoir parler de notre histoire comme de l'histoire des autres et de l'histoire des autres comme de notre propre histoire."
Orhan Pamuk 

Vous l'aurez compris, c'est dans le coin lecture de mon blog que je vous invite aujourd'hui, pour vous faire partager les derniers ouvrages que j'ai lus (et beaucoup appréciés pour certains !).

Image3

 

 

Se-souvenir

Se souvenir de nous (Virginie Coëdelo) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur :  Vacances de Noël. Jeanne, jeune professeur, commence mal ses vacances : rupture sentimentale à gérer, mère hospitalisée dans un état critique. Au même moment, Philippe, la cinquantaine, est de retour en France après de nombreuses années passées à Londres. Fraîchement divorcé, il souhaite désormais aller de l'avant mais une enveloppe pleine de souvenirs d'une ancienne histoire d'amour va tout changer... Jeanne et Philippe vont tous les deux se plonger au début des années 80, l'une en quête du passé de sa mère, l'autre à la reconquête d'un amour impossible. Leurs chemins vont se croiser, puis se confondre. A la fin, une chose : la vérité, leurs vérités.

Quelle jolie surprise que ce court roman ! Un récit bien construit et bien écrit, des personnages (très !) attachants, de la justesse, de la poésie, de la sensibilité.... tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment ! Un livre que j'ai dévoré à la vitesse grand V (peut-être un peu trop court, finalement ! Mais ça, c'est parce que je m'y sentais bien et que j'aurais aimé que ça dure un peu plus longtemps !) et que je vous recommande.

A noter que Librinova propose des livres numériques à prix tout à fait corrects ! C'est malheureusement trop rarement le cas....
Et dommage pour ceux qui ne lisent que "papier" car ce roman existe uniquement en version numérique....

 

confess

Confess (Colleen Hoover) ♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur :  Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin.
Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry.
Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait.
Elle n'a qu'une solution : s'éloigner d'Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c'est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité...

J'avais beaucoup aimé "Maybe Someday" (dont je vous avais parlé ici) ; j'avais par contre été déçue par  "Ugly" (voir ). "Confess" m'a réconciliée avec Colleen Hoover !
Ce ne fut pas un coup de cœur (je ne suis pas passée loin) mais une lecture très agréable et prenante, que j'étais impatiente de reprendre pour connaitre le déroulement de l'histoire.....
L'écriture est fluide et agréable et cette fois encore Colleen Hoover sait trouver les mot justes, ceux qui nous touchent et provoquent de l'émotion.  A travers ses personnages attachants, elle aborde au fil du roman des thèmes très variés : le deuil, la manipulation, la maternité, la jalousie , la maladie, la dépendance, la violence...
Tout comme dans  Maybe Someday, où la musique était au centre du roman, il y a ici aussi un petit quelque chose en plus. Cette fois, il s'agit d'art. L'auteure a choisi d'utiliser de vraies confessions recueillies auprès de ses lecteurs ; ces confessions sont illustrées par des tableaux de l'artiste Danny O'Connor, reproduits dans le roman. Pour ma part, j'ai lu la version numérique et n'en ai donc vu que des reproductions en noir et blanc mais je crois qu'elles sont  en couleur dans la version papier.

Mort-douce

Une mort très douce (Simone de Beauvoir) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : La journée du mardi se passa bien. La nuit, maman fit des cauchemars. On me met dans une boîte, disait-elle à ma sœur. Je suis là, mais je suis dans la boîte. Je suis moi, et ce n'est plus moi. Des hommes emportent la boîte! Elle se débattait: Ne les laisse pas m'emporter! Longtemps Poupette a gardé la main posée sur son front: Je te promets. Ils ne te mettront pas dans la boîte. Elle a réclamé un supplément d'Équanil. Sauvée enfin de ses visions, maman l'a interrogée: Mais qu'est-ce que ça veut dire, cette boîte, ces hommes? - Ce sont des souvenirs de ton opération; des infirmiers t'emportent sur un brancard. Maman s'est endormie.

Je crois bien que je n'avais jamais lu aucun livre de Simone de Beauvoir.... Alors pourquoi celui-ci ? Maintenant ? Tout simplement parce qu'il m'a été conseillé par ma maman, un jour où nous parlions lecture. Et comme j'attache beaucoup d'importance à ce que dit ma maman (!!), je me suis donc aussitôt plongée dans ce court ouvrage, qui parle de la maladie et de la fin de vie de la mère de l'auteure.
Le style est sobre, l'émotion contenue. L'auteure semble prendre du recul par rapport à ce qu'elle vit et le roman a par conséquent les défauts de ses qualités : personnellement, il m'a manqué un peu d'émotion et le style d'écriture m'a paru trop froid. Cependant, malgré la retenue dont fait preuve Simone de Beauvoir, on ressent tout de même l'amour qu'elle portait à sa mère et la douleur face à sa maladie.

"Pour moi, ma mère avait toujours existé et je n'avais jamais sérieusement pensé que je la verrais disparaître un jour, bientôt. Sa fin se situait, comme sa naissance, dans un temps mystique. Quand je me disais : elle a l'âge de mourir, c'étaient des mots vides, comme tant de mots. Pour la première fois, j'apercevais en elle un cadavre en sursis."

  

Rabbit-Hayes

Les derniers jours de Rabbit Hayes (Anna Mac Partlin) ♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : On ne profite jamais mieux du présent qu'au moment de s'en aller.
Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre.
Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu'elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l'espoir de la sauver s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant.
Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.
Anna McPartlin nous fait partager ces neuf journées si spéciales dans la vie de Rabbit et de ses proches. Mélancolique et drolatique à la fois, 
Les Derniers Jours de Rabbit Hayes nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit sur le deuil déborde d'un optimisme rare et nous rappelle que, quelles que soient les circonstances, il y a toujours de la lumière au bout du tunnel
.

Voilà un un livre qui a été particulièrement encensé par la critique (que ce soit dans les émissions littéraires ou sur les blogs). J'étais donc impatiente de le découvrir et je n'ai pas été déçue.
Sur un thème pourtant difficile, l'auteure réussit à écrire un livre plein de douceur et d'espoir, sans jamais tomber dans le pathos.  La souffrance et la mort sont abordées avec beaucoup de pudeur et même si l'émotion est toujours présente, ce roman est écrit avec tant de subtilité et de finesse qu'il n'est jamais larmoyant.
Ne vous fiez pas au titre ; l'auteure ne se contente pas de nous raconter les derniers jours de Rabbit Hayes, mais par de nombreux retours en arrière, c'est toute sa vie (et celle de ses proches) que nous découvrons au fil des pages (avec en prime une touche d'humour).
En bref, un livre que je vous recommande, qui se dévore avec à la fois le sourire aux lèvres et les larmes aux yeux. Là encore, je ne suis pas passée loin du coup de cœur, même si il m'a manqué un tout petit je ne sais quoi....

 

barre-livres

 Mes lectures finies

Image44

 

Ma lecture en-cours

Olmi