Pas moins de deux coups de coeur parmi mes dernières lectures.... Voilà peut-être de quoi vous donner des idées pour vos lectures de vacances !

Image3

 

Oublies-dimanche

Les oubliés du dimanche (Valérie Perrin) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d'autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d'apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre jusqu'au jour où un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu'on ne sait jamais rien de ceux que l'on connaît.
À la fois drôle et mélancolique, Les oubliés du dimanche est un roman d'amours passées, présentes, inavouées... éblouissantes.

J'avais lu beaucoup de critiques élogieuses au sujet de ce roman qui était dans ma pile (virtuelle !) de livres à lire depuis environ un an. Le titre me faisait craindre une "histoire de vieux" plutôt déprimante (!!!) et c'est probablement la raison pour laquelle j'ai autant attendu avant de me décider à le commencer. Et quelle jolie surprise ! Bien que ce roman parle de vieillesse et de dépendance, il est très positif et donne une version pleine de tendresse du troisième (ou plutôt quatrième !) âge.
Sous la plume sensible et émouvante de l'auteure, on sent beaucoup de respect, d'amour et de pudeur. Avec fluidité (et sans jamais perdre son lecteur en route), l'auteure nous raconte deux histoires en parallèle, sur deux époques différentes. Je me demandais où elle allait m'emmener et j'ai été très prise par l'intrigue.  Évidemment, ces deux histoires vont se rejoindre pour n'en former plus qu'une....
Les personnages sont très attachants, l'écriture pleine de finesse et de sensibilité, avec une touche d'humour savamment  dosée. Bref, c'est un très beau roman à lire absolument, une bien jolie leçon de vie. Pour ma part, je vais surveiller le prochain ouvrage de cette auteure, en espérant retrouver le même plaisir de lecture....

 

Fille-Brooklyn

La fille de Brooklyn (Guillaume Musso) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. 
L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé :
"Si j'avais commis le pire,
m'aimerais-tu malgré tout ? "
Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire. 
Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo.
– C'est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.

Au sujet de Central Park, j'avais déjà écrit (ici) que je regrettais le Musso des débuts. J'ai voulu lui laisser encore une chance avec "la fille de Brooklyn", influencée par les bonnes critiques lues ici et là (mais ce fut encore une déception). Je pense que pour le prochain, je passerai mon tour !
Ma critique aurait pu se résumer à : "ouais, bof..." Quoi ? Ça ne vous suffit pas ? Vous voulez que je développe ?   Alors je dirai que l'histoire était à la base originale et prometteuse mais que j'ai trouvé son déroulement  totalement chaotique et improbable (avec une succession de coïncidences un peu tirées par les cheveux !). De manière générale, j'aime bien les histoires "à tiroirs" ; encore faut-il qu'elles soient bien ficelées ! Beaucoup de passages n'apportent rien à l'intrigue et les 470 pages m'ont paru longues ! Je suis tout de même allée jusqu'au bout mais la fin est à l'image du reste du livre, incohérente et improbable !
Bref, Musso m'a (encore !) déçue...

 

Femme-carnet

La femme au carnet rouge (Antoine Laurain) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : Un soir à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Laurent le découvre le lendemain, abandonné dans la rue, tout près de sa librairie. S’il ne contient plus de papiers d’identité, il recèle encore une foule d’objets qui livrent autant d’indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum… Désireux de la retrouver, l’homme s’improvise détective. À mesure qu’il déchiffre le carnet rouge contenant les pensées secrètes de Laure, le jeu de piste se mue en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies.
Orchestrant avec humour coïncidences et retournements de situation, Antoine Laurain signe une délicieuse comédie romantique qui rend hommage au besoin de merveilleux sommeillant en chacun de nous.

 Ce livre m'avait été conseillé par une amie qui a les mêmes goûts que moi en matière de lecture. Je ne pouvais qu'aimer cette belle histoire basée sur les hasard de la vie.
Sensibilité, délicatesse, émotion, tous les ingrédients sont réunis sous la jolie plume d'Antoine Laurain pour nous faire passer un très agréable moment. L'histoire est bien menée et on suit avec plaisir le jeu de piste du personnage principal (si attachant). Ce roman se lit vite... trop vite même car on aurait envie de le faire durer davantage pour le savourer.
C'est avec ce roman que j'ai découvert Antoine Laurain et j'ai maintenant envie de lire "le chapeau de Mitterand" au sujet duquel j'ai lu de très bonnes critiques. 

 

9782226242976

Nous étions faits pour être heureux (Véronique Olmi) ♥♥♥♥♥

Présentation de l'éditeur : « C'est étrange comme il suffit d'un rien pour qu'une vie se désaccorde, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur. »
Quand Suzanne vient dans la maison de Serge à Montmartre, il ne la remarque pas. Elle accorde le piano de son fils. Elle est mariée, lui aussi, et à 60 ans il a ce dont rêvent les hommes : un métier rentable, une jeune femme parfaite, deux beaux enfants. Pourquoi soudain recherche-t-il Suzanne qui n'est ni jeune, ni belle, et apparemment ordinaire ? Pourquoi va-t-il lui confier un secret d'enfance dont il n'a jamais parlé et qui a changé le cours de sa vie ?
Pour évoquer la passion naissante, les vérités enfouies et coupables, l'auteur de Bord de mer, Le Premier amour et Cet été-là, décline avec subtilité, en musique douce, juste et fatale, ces moments clefs où les vies basculent et cherchent désespérément la note juste.

 

Encore un livre conseillé ici même, par une de mes fidèles visiteuses  (qui a non seulement le même prénom que moi mais aussi les même goûts en matière de lecture !).
Malheureusement, je ne partage pas son enthousiasme au sujet de ce roman... J'ai aimé l'écriture fluide et le style de Suzanne Olmi qui sait placer les mots justes pour décrire les sentiments,  le désir, l'amour. L'histoire aurait pu me toucher mais je n'ai pas aimé son déroulement  et je n'ai eu aucune empathie pour les personnages (Serge m'a carrément agacée et j'ai trouvé Suzanne bien "molle"). En outre, l'ambiance de ce livre m'a semblé très morose....
Je suis allée au bout car il est très vite lu mais je suis restée sur ma faim (désolée Catherine !)

"C'est étrange comme il suffit d'un rien pour qu'une vie se désaccorde, elle aussi, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur"

barre-livres

Mes lectures finies

Image1

Ma lecture en-cours

Après-toi