"...tout ne sera pas perdu dans ce monde qu’en dépit de ses tristesses et de ses horreurs nous avons tant aimé." 
Jean d'Ormesson

 

-

 

 

 

Le-plus-beau-reste-a-venir

Le plus beau reste à venir (Hélène Clément) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Venus d'horizons différents, quatre adolescents se rencontrent au lycée, peu à peu soudés par leur fascination pour un prof d'Histoire que l'on dirait sorti du Cercle des poètes disparus.
Une personnalité géniale et hors-norme qui va libérer en eux les plus belles et les plus folles envies. Se surpasser, braver les obstacles, croire en soi... pour faire en sorte que les rêves deviennent réalité : grâce à lui, ils savent que le plus beau reste à venir.
Au plus près des émotions de l'adolescence, Hélène Clément nous invite à retrouver l'élan et la fougue de ces années-là, sur un air de Jean-Jacques Goldman, dans un roman qui évoque avec justesse le passage à l'âge adulte. Tendre et grave, une véritable ode à l'amitié qui réveille des rêves que l'on croyait enfouis.

J'ai beaucoup aimé ce roman, hymne à l'amitié, à l'amour, à la famille.  J'ai aimé l'écriture fluide et la façon dont l'auteure alterne les époques et les narrateurs, sans perdre son lecteur. J'ai aimé les personnages tous très attachants, avec leurs personnalités si différentes et leurs situations familiales parfois douloureuses. J'ai aimé les nombreuses références musicales (particulièrement à JJ Goldman). J'ai aimé ce doux parfum de nostalgie qui m'a rappelé ma propre adolescence et les rencontres qui ont pu marquer ma vie.
Bref, j'ai dévoré sans m'ennuyer une seule seconde les 550 pages de ce  roman d'amitié tendre et touchant et je me suis sentie un peu orpheline à la fin. Et ça, c'est le meilleur indicateur d'un roman qui m'a touchée !


 

Une-fois-dans-ma-vie

Une fois dans ma vie (Gilles Legardinier) 
Présentation de l'éditeur : Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de l’existence et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre. 
Trois façons d’aimer. Aucune ne semble conduire au bonheur. 
Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. 
Accrochées à leurs espoirs face aux tempêtes que leur réserve le destin, avec l’énergie et l’imagination propres à celles qui veulent s’en sortir, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts… 
Fidèle à son humanité et à son humour, grâce à son regard unique fait de sensibilité et d’un exceptionnel sens de l’observation de la nature humaine, Gilles Legardinier nous entraîne cette fois au cœur d’une troupe réjouissante, à la croisée des chemins.

Ah, Legardinier... J'ai un gros faible pour cet homme-là ! En tout bien tout honneur, rassurez-vous.... J'ai un faible pour sa sensibilité et l'amour de son prochain que l'on retrouve à travers ses histoires, pour son talent de conteur et sa façon de transmettre des émotions, pour ses personnages toujours attachants, pour son style et son humour. A travers ses livres, je ressens un homme profondément humain et chaleureux. Pour la petite anecdote, il y a 5 ans, après avoir lu "demain j'arrête", j'étais tellement emballée par ma lecture que j'avais envoyé un mail à l'auteur, pour le remercier de l'agréable moment que j'avais passé en compagnie de ses personnages et le féliciter pour ce livre qui m'avait tant plu. Et j'avais découvert quelques jours après une très gentille réponse de sa part dans ma boite mail !
J'ai adoré la plupart de ses livres ("Demain j'arrête", "complètement cramé", "ça peut pas rater"..), un peu moins "Et soudain tout change" et pas du tout "Le premier miracle", sorti l'année dernière, qui changeait du style de ses précédents romans. Bref, vous l'avez compris, j'aime Legardinier (qui, en plus, est né tout juste UN jour avant moi ! Aucune importance, je vous l'accorde, mais cette coïncidence m'amuse !). C'est donc pleine d'enthousiasme que j'ai commencé la lecture de son dernier roman, dans lequel j'espérais retrouver "mon" Legardinier . Malheureusement, c'est avec beaucoup de regret que je dois avouer avoir été un peu déçue.... J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, à laquelle j'ai trouvé beaucoup de longueurs. Je n'ai pas accroché à l'humour qui m'a souvent semblé potache. Je n'ai pas retrouvé ce petit je ne sais quoi qui m'avait tant plu dans ses premiers romans. Pour tout vous avouer, ce que j'ai préféré dans ce roman c'est........... la postface ! Ses remerciements et l'anecdote qu'il y raconte en disent tellement long sur le personnage que juste pour ça, parce que c'est un type bien, je ne peux pas me résoudre à "sous noter" son livre (c'est pour cette raison que vous ne verrez pas les habituels cœurs rouges ou gris à côte de son roman).

 

 

au-revoir-la-haut

Au-revoir là-haut (Pierre Lemaitre) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts...
Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

J'avais lu beaucoup d'éloges au sujet de ce livre mais pour parler franchement, j'ai été plutôt déçue. J'ai trouvé ce roman très inégal, avec des passages captivants et d'autres particulièrement ennuyeux. J'ai failli abandonner plusieurs fois la lecture au début à cause de toutes ces longueurs mais j'ai persévéré et j'ai plus accroché sur la fin.
Bien qu'elle soit totalement farfelue (les destins des personnages se croisent de manière improbable et ils vivent des situations trop rocambolesques pour être crédibles), on se laisse tout de même emporter par l'histoire dont on a envie de connaitre le dénouement . Mais lorsque j'ai terminé ce roman, j'ai eu besoin de lire quelque chose de léger pour oublier l'ambiance lugubre et pesante de l'histoire.

 

 

Yeux-Sophie

Les yeux de Sophie (Jojo Moyes) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : L’amour fou a son visage.
« J’ai cru que c’était la fin du monde. J’ai cru que rien de bon ne pourrait plus m’arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j’ai survécu. Contre toute attente, j’ai fini par surmonter l’insurmontable et, petit à petit, la vie m’a paru vivable. »
Paris, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille alors que son mari part pour le front. Quand la ville tombe aux mains de l’armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l’hôtel où résident le nouveau commandant et ses hommes. À l’instant où le nouveau commandant découvre le portrait qu’Édouard a fait de sa femme, naît une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision.
Un siècle plus tard, à Londres, Liv reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari avant de recueillir son dernier soupir. Sa vie est bouleversée lorsqu’une rencontre de hasard lui permet de découvrir la véritable histoire de ce tableau.

Jojo Moyes fait partie des auteurs que j'aime beaucoup et ne suis jamais déçue par ses livres (juste un petit bémol pour l'avant-dernier, "sous le même toit", qui ne fait pas partie de mes préférés). Dans son dernier roman, elle dresse le portrait croisé de deux femmes, à deux époques différentes, dont les destins sont liés par un mystérieux tableau. Elle mène son intrigue avec talent et dénoue petit à petit les ficelles autour de ce tableau, captivant son lecteur jusqu'à la dernière page. J'ai cependant  préféré la partie historique, qui se déroule durant la première guerre mondiale, et j'ai trouvé quelques longueurs à la partie contemporaine. Mais cela n'a en rien gâché le plaisir que j'ai pris à cette lecture.

 

barre-livres

Mes lectures finies
(Vive les longs trajets en avion pour faire diminuer la PAL virtuelle !)

--

 

Ma lecture en-cours 

Pourvu-que-la-nuit-sacheve