-



A-demain-Lou

A demain Lou (Marie-Claude Vincent) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Ça ressemble à quoi la vie, à douze ans, quand le bonheur se fracasse ? 
Élisabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu'au jour où Éli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n'ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l'esprit refuse d'accepter, mais admettre qu'Éli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout.
C'est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l'âge d'Éli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande soeur qu'elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu'elle ? Comment cesser d'être " la petite soeur d'Éli " ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap...
Un roman lumineux, aussi fort que pudique, dont on ressort chaviré d'émotion. 
L'écriture épurée de Marie-Claude Vincent restitue admirablement l'univers de l'enfance, ses mots, ses rites, faisant écho avec une infinie délicatesse à l'enfant qui palpite en chacun de nous.

Ce roman attendait sur ma liseuse depuis pas mal de temps. Je l'ai lu durant le long voyage de retour de Birmanie et lorsque je l'ai commencé, je ne me souvenais plus du tout quel était son thème. Je me souvenais juste que je voulais le lire..... Et quelle claque ! Je pense que si je m'étais souvenu de quoi il traitait, je ne l'aurais probablement pas lu, du moins pas à ce moment-là.... Mais une fois commencé, je n'ai pas pu le lâcher et l'émotion m'a submergée durant toute la lecture. Il a remué beaucoup de choses en moi.
"A demain, Lou" aborde le deuil de façon délicate, avec une belle écriture à la puissance émotionnelle très forte.
Comment faire face à l'insurmontable, à l'inacceptable ? Comment se reconstruire et apprivoiser ce vide immense ? Comment, pour une petite sœur, franchir le cap du moment où elle deviendra plus vieille que son ainé(e) ? Tant de questions que je me pose depuis un an et demi et qui ont donc forcément eu une très forte résonance en moi.
Ce livre est petit par son nombre de pages mais très puissant émotionnellement. Ce n'est certes pas une lecture "facile" mais sa fin est aussi un hymne à la vie, qui doit continuer malgré tout.

 

Bonheur-pas-rides

Le bonheur n'a pas de rides (Anne-Gaëlle Huon) ♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Il n'est jamais trop tard pour apprendre à s'aimer...
Paulette a 85 ans, un caractère bien trempé, et pas toute sa tête. Enfin, à ce qu’elle prétend. Lorsqu’elle se retrouve bien malgré elle la nouvelle pensionnaire de l’Auberge de Monsieur Yvon, elle n’a qu’une obsession : en partir ! Mais c’est sans compter sur l’étrange fascination que les autres habitants et leurs secrets vont bientôt exercer sur elle. Que contiennent ces lettres mystérieuses trouvées dans la chambre de Monsieur Georges ? Qui est l’auteur de cet étrange carnet découvert dans la bibliothèque ? Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut-être, enfin, lui donner un sens.

Après la lecture de "A demain Lou", j'avais besoin d'un livre très léger et j'ai donc jeté mon dévolu sur "Le bonheur n'a pas de rides". C'était parfait pour terminer le long voyage qui me ramenait de Birmanie. Un livre qui se lit vite et facilement... mais qui, à mon avis, s'oublie tout aussi vite !
Les situations sont souvent invraisemblables, la psychologie des personnages (auxquels je n'ai pas réussi à m'attacher) est très mince, le roman est bourré de clichés. Cette histoire gentillette est sauvée par une écriture plutôt agréable. Bref, c'était parfait pour passer le temps en avion mais ce n'est pas un livre que je vous conseillerais particulièrement.


Un-appartement-a-Paris

Un appartement à Paris (Guillaume Musso) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. 
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires. 
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. 
Guillaume Musso signe un thriller addictif et envoûtant porté par des personnages profondément humains. Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

Ce n'est pas la première fois que je suis déçue par un roman de Guillaume Musso. Je devrais même plutôt dire que cela fait longtemps que je n'ai pas été emballée par un roman de Guillaume Musso !
Déception pour Central Park dont je vous avais parlé ici .
Déception pour  L'instant présent dont je vous avais parlé ici.
Déception pour  La fille de Brooklyn dont je vous avais parlé ici .
Et déception pour la 4ème année consécutive avec ce nouveau roman. Je me rends compte en relisant mes avis sur ses trois précédents livres que j'aurais pu écrire quasiment la même chose pour celui-ci ! L'histoire est tirée par les cheveux, avec une succession de coïncidences aussi improbables que bienvenues pour le déroulement de l'enquête. Les personnages ne sont pas attachants. Et l'histoire se traine en longueur ! A tel point qu'arrivé aux 3/4 du roman, l'intrigue n'a guère avancée, et du coup, tout s'accélère à la fin, sans aucune cohérence ni crédibilité, pour finir sur une apothéose de grand n'importe quoi ! Il y avait pourtant de bonnes idées au départ... dommage !
Peut-être serait-il temps que les maisons d'édition cessent de mettre la pression à leurs auteurs à succès pour qu'ils "pondent" un livre par an. On y gagnerait probablement en qualité....

 

Birmane

Birmane (Christophe Ono-dit-Biot) ♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Partir! "Aujourd'hui, le paradis est à la portée de la carte bleue".
En délicatesse avec sa fiancée, son travail, et une vie sans surprise, César décide de gagner l'Asie de tous ses fantasmes avec une idée folle : rapporter de Birmanie , ce pays coupé du monde, l'histoire qui changera sa vie.
De Rangoon la tropicale aux mirages de la Vallée des rubis, il plonge dans une réalité où la violence et la dictature cohabite avec la beauté la plus ensorcelante. Guidé par une jeune femme médecin, il s'enfonce dans le pays.
Au cœur des ténèbres, le voyage du jeune Français va se transformer en formidable aventure. Vers une légendaire Femme-Tigre, réfugiée avec son peuple au cœur de la jungle du Triangle d'Or.


Lorsque je voyage sous d'autres latitudes, j'aime bien être accompagnée par des romans se déroulant dans le pays que je visite. Pour mon second voyage en Birmanie, c'est donc ce livre de Christohe Ono-dit-Biot que j'ai glissé dans ma valise chargé sur ma liseuse.
J'ai bien aimé la première partie où le personnage principal découvre la Birmanie. L'histoire du pays, la dictature, la corruption, les légendes, les ethnies.... l'auteur s'est bien documenté sur le pays. Malgré quelques clichés, c'était vraiment sympa de lire ça en étant directement plongée dans cette ambiance.
Par contre, j'ai trouvé l'intrigue totalement invraisemblable et malgré un style agréable,  j'ai eu du mal à accrocher avec la deuxième partie du roman (et par-dessus tout avec la fin !). Bref, une lecture en demi-teinte pour moi.

 

barre-livres

Mes lectures finies

lus

Ma lecture en cours

Il-etait-un-secret