Comme promis la semaine dernière, nous vous emmenons au marché, dans un des villages en bordure du lac.

JMB_6844

Les marchés fonctionnent sur un cycle de 5 jours (en France il s'agit d'un cycle de 7 jours). Ils concernent les villages sur le lac, en bord de lac et même un peu plus loin dans les terres. 3 à 6 marchés se tiennent chaque jour, exceptés les jours de nouvelle et de pleine lunes ; ils sont répartis géographiquement autour du lac. Il existe également un marché flottant, que nous avons soigneusement évité car il y a plus de touristes que de birmans dans ce genre de manifestations.

La difficulté lors de la préparation de ce voyage a été de mettre la main sur l'agenda des marchés pour l'année 2017. M. Cath y est parvenu, ce qui nous a permis de visiter 4 marchés différents au cours de notre escale de 5 jours au lac Inle. Nous avons privilégié ceux qui ne sont pas encore au programme des voyages organisés, afin d'être en contact uniquement avec des Birmans et d'éviter les marchands de souvenirs made in China, de plus en plus nombreux, qui dénaturent l'authenticité des lieux.

Les marchés sont l'occasion d'un brassage ethnique car les différentes tribus vivant dans les montagnes s'y rendent pour vendre leur production et acheter les poissons du lac et les légumes en provenance des jardins flottants .

JMB_6068

JMB_6917

JMB_6094

JMB_6073

JMB_6065

L'ethnie Pa-O est la plus facilement reconnaissable de la région grâce aux vêtement traditionnels que les femmes portent encore. Les Pa-O viennent vendre du maïs, du curcuma et les feuilles d'un arbuste utilisées pour confectionner les cheerots (cigares birmans). Vous reconnaitrez les femmes Pa-O au turban qui recouvre leurs cheveux. Elles sont habillées entièrement en noir ; seule leur tunique est ornée de quelques surpiqures bleues. Les costumes traditionnels qu'elles revêtent lors des cérémonies sont entièrement bleu indigo. 

JMB_5971

JMB_8125

Les hommes Pa-O étaient également habillés en noir et portaient un turban. Seuls quelques hommes ont encore le turban. Quant à la tenue noire, ils la remplacent par des vêtements de type occidental.

JMB_8169

L'adorable jeune guide qui nous a accompagnés certains jours sur le lac Inle était d'origine Pa-O. Grâce à elle, nous avons pu discuter avec les gens de cette ethnie. Nous avons ainsi appris la légende de l'apparition sur terre du peuple Pa-O : une femelle dragon et un alchimiste sont amoureux. Trois oeufs sont issus de leur union : le premier donne naissance à l'ethnie Karen, le deuxième aux ethnies Karenni et Padaung (femmes girafes) et le troisième à l'ethnie Pa-O.

Les femmes Pa-O portent un turban noué d'une manière évoquant la tête d'un dragon. Ce turban est traditionnellement orange pour rappeler les flammes que crache l'animal ; la tenue est noire pour symboliser ses écailles. Les hommes Pa-O ont également un turban, noué de manière à rappeler la coiffe de l'alchimiste.

JMB_8147

Pa-O signifierait "bris de coquille" en mémoire de l'oeuf d'origine. Cette légende est transmise de génération en génération, elle est devenue la base de la tradition chez les Pa-O.

Désormais, vous reconnaitrez aisément les membres de l'ethnie Pa-O dans les photos et vidéos suivantes. Vous constaterez que les vêtements traditionnels tendent à disparaitre, remplacés par d'autres vêtements en matière synthétiques, aux couleurs de moins en moins bien assorties. Le turban orange lui aussi est remplacé par une serviette éponge de couleur variée. L'uniformisation vestimentaire est en marche ; bientôt les birmans seront en jean, comme tout le monde sur la planète (le jean étant à la base un vêtement de travail !). Pour leur défense, il est certes plus aisé d'entretenir un tee-shirt qu'un vêtement en laine (tissu en provenance d'Angleterre... et oui !).

JMB_6051

JMB_6054

 

JMB_6104

JMB_6882

JMB_6077

JMB_6075

JMB_6070

JMB_6839

JMB_6087

JMB_6084

JMB_6885

JMB_6061

JMB_6078

JMB_6088

JMB_6896