Les informations suivantes découlent de notre expérience de voyage sur le continent asiatique, soit 14 voyages à la découverte de 11 pays différents : Turquie, Thailande, Sri Lanka, Sud de l'Inde, Cambodge, Vietnam, Laos, Philippines, Chine (Honk-Kong), Indonésie et Birmanie. Parmi ces pays, le plus facile à visiter est la Thaïlande et le plus difficile (de très loin !) la Birmanie !

Bien entendu, nous parlons de notre façon de voyager, seuls et le plus possible en dehors du tourisme de masse qui éclipse toute la magie sur les sites surpeuplés. Lors de nos voyages, nous remontons le temps le plus souvent possible pour aller à la rencontre des différents peuples et de leurs traditions séculaires ; nous avons été comblés en Birmanie, qui n'a pas encore complètement basculé dans le modernisme.   

JMB_0220

Heureusement, il existe autant de façons de voyager que de voyageurs, avec cependant deux extrêmes que sont les voyages organisés en groupe d'une trentaine de personnes (vendus par les supermarchés !) et les voyages à la routarde, avec sac à dos et un itinéraire décidé au jour le jour en prenant les transports en commun routiers.

La Birmanie se prête très mal à ces deux façons de voyager. En effet, la première, orchestrée par des agences de voyages qui ne fonctionnent qu'en termes de bénéfices réalisés sur le dos de leur client, avec un prix d'appel le plus bas possible (2000 € par personne pour 14 j en Birmanie), va se contenter de vous trimballer péniblement par la route de site en site, qu'il faudra visiter le plus rapidement possible pour compenser la durée du trajet. Si le but de votre voyage est juste de dire, j'ai "fait" la Birmanie avec truc et machin, ce sera parfait. Notez tout de même, chose importante pour des Français, que ces grands groupes mangent dans des restaurants spécialement aménagés pour accueillir un maximum de personnes et servant une nourriture de type cantine, à l'opposé de ce que l'on mange dans les restaurants traditionnels où les plats sont très goûteux et réalisés à partir de produits frais.

IMG_2118

Comme dans tous les pays asiatiques, pour éviter la tourista, il faut bannir les crudités (même lorsqu'elles sont appétissantes et bien présentées), ne pas consommer de boissons contenant de la glace, ne boire que de l'eau en bouteille capsulée, et pour la Birmanie il faudra se laver les dents avec cette même eau. 

IMG_2124

Les normes d'hygiène et d'environnement étant du même niveau qu'en Inde (donc inexistantes !), nous vous déconseillons vivement de manger dans les  cantines de rues (qui font pourtant le charme de beaucoup de pays asiatiques et que nous utilisons habituellement), installées sur les trottoirs où se promènent... les rats. Les trottoirs sont souvent composés de plaques bétons qui recouvrent (sans être étanches)... les égouts, aux odeurs omniprésentes.

Corvée de vaisselle et de lessive dans le fleuve Irrawaddy qui, tout au long de ses 2170 km, collecte les égouts, les rejets des exploitations minières et agricoles d'une grande partie du pays.  

IMG_1678

IMG_1715

Ce type de voyage en groupe important ne vous laissera pas  le temps d'apprécier le pays à sa juste valeur, tout simplement parce qu'il est organisé de manière à vous faire passer dans le plus grand nombre d'endroits, en vous faisant dormir le moins de nuits possibles à l'hôtel (on en est à 14 jours, 11 nuits actuellement). Sans tomber dans cet extrême, il est possible de profiter de voyages organisés en plus petits groupes, proposés par des agences spécialisées selon des thèmes beaucoup plus en rapport avec la découverte d'un pays, de sa culture et de son peuple (bien entendu, le prix sera plus élevé car 2000 € ne couvrent en fait que le vol international et les nuits d'hôtel).

Le voyage à la routarde, qui correspond  habituellement très bien aux pays asiatiques, va générer pas mal de galères en Birmanie. En effet, il subsiste beaucoup d'interdictions : dormir chez l'habitant, emprunter certaines routes, conduire un véhicule à moteur thermique (même un scooter ; seul le e-bike, petit scooter électrique, est autorisé, notamment pour la visite de Bagan). En outre, pour visiter certaines régions, il faut l'autorisation écrite du ministère de l'immigration.

Au niveau de la sécurité, la Birmanie arrive au 3ème rang des pays les plus minés au monde. Il y a également des problèmes de communication qui vont se greffer à tout ça :  très peu de Birmans parlent correctement anglais, même s'ils connaissent tous 3 mots qui peuvent le laisser croire. Et il ne faut pas oublier qu'un asiatique répond toujours à une question, pour éviter de perdre la face, même s'il ignore la réponse !!! Ceci nous a d'ailleurs valu quelques tours et détours lorsque nous demandons notre chemin en Asie ! Il faudra donc utiliser les transports en commun à condition de trouver le bon bus ou le bon pick-up, et surtout son lieu et son horaire de départ (et choisir la bonne réponse parmi les différentes données par plusieurs personnes, sinon ce sera un jour de plus à attendre le prochain bus dans certaines régions où il peut n'y avoir qu'un départ quotidien). Le fait de voyager au jour le jour va faire dormir le routard dans des endroits minables, facturés au prix des chambres confortables qui, elles, seront inaccessibles car réservées bien à l'avance par les voyageurs prévenants (c'est du vécu par un collègue de M. Cath). 

JMB_9066

IMG_2769

Le périple, sur des routes ou des pistes pas très roulantes (dans ce genre de pays la moyenne se situe autour de 25 km/h), va prendre beaucoup de temps. La seule liaison routière confortable du pays est celle qui relie Yangon, Bagan, Mandalay et le lac Inle. Dès que l'on souhaite s'écarter de ces lieux très touristiques, il faut prévoir au moins trois jours pour une escapade qui ne se situe pas forcément à une distance kilométrique élevée. Quelques routes sont en cours de réfection, avec des moyens toutefois rudimentaires.  

IMG_1096

IMG_1098

JMB_0466

Le temps sera de toute façon compté car le visa n'est valable que 28 jours. L'obtention de ce visa paraît facile aujourd'hui, puisque sa demande (à rédiger en anglais) peut se faire sur internet, pour un coût d'environ 50 €. Il sera valable 3 mois après son émission. La seule difficulté sera de fournir une photo d'identité à un format spécifique à la Birmanie. 
Une réponse est envoyée par mail dans un délai de 3 ou 4 jours. Si le visa est accepté, il faut impérativement imprimer cette lettre d'approbation et la présenter à l'arrivée à l'aéroport en échange d'un coup de tampon sur le passeport. Cependant, n'oublions pas que le système de visa sert à accepter ou interdire l'accès à un pays pour des étrangers. La Birmanie étant une dictature déguisée, il n'est pas impossible que certains évènements entraînent le refus du visa du jour au lendemain (d'autant plus que le gouvernement n'a pas besoin du tourisme pour faire rentrer des devises). Ceci fait partie des difficultés à organiser un voyage dans ce pays puisqu'une fois construit et payé celui-ci peut très bien ne pas avoir lieu à cause d'une situation instable.

Une des choses les plus importantes pour réussir un voyage en Asie est de choisir la meilleure saison pour s'y rendre et non pas de procéder comme beaucoup de Français qui décident au dernier moment d'aller dans tel pays qui est "tendance" pour "meubler" leurs prochaines vacances. 
Pour la Birmanie, l'idéal se situe entre les mois de novembre et février. C'est le début de la saison sèche, avec des températures pas trop élevées, autour de 30°C (cette période correspond à la haute saison touristique, donc avec davantage de fréquentation et des prix plus élevés).

Nous sommes partis en novembre ; il y a eu quelques passages pluvieux et une semaine entière de pluie sur pratiquement tout le pays à la fin du mois (heureusement nous étions à Bagan, l'endroit où il pleut le moins). Il faut donc tenir compte du dérèglement climatique que nous observons dans nos voyages depuis une quinzaine d'années déjà !

JMB_7803

Lorsque la période possible pour voyager est étendue, il faut toujours préférer les tous premiers mois qui suivent la saison des pluies. En effet, la végétation sera luxuriante contrairement à la fin de la saison sèche. Celle-ci peut durer 6 mois dans certaines îles indonésiennes notamment, la réussite des photos de voyage commence par là !

JMB_3288

Voyager en dehors de la saison des pluies permet aussi d'éviter le paludisme qui sévit en Asie. Il convient toutefois de se protéger des piqûres de moustiques à la nuit tombée avec un bon répulsif tropical car ceux-ci transmettent d'autres maladies comme la dengue, qui n'a pas de traitement préventif.

Au chapitre santé, aucun vaccin n'est obligatoire pour l'Asie ; il suffit d'être à jour de sa vaccination française. Cependant, à Monywa et à Bagan, nous avons été surpris de voir  des pulvérisations dans nos chambres d'hôtel contre ... la peste !!! Cette maladie revient dans les pays les plus pauvres (notamment Madagascar) et il y a apparemment deux foyers d'infection en Asie, au Vietnam et en Birmanie.     

Pour la Birmanie, compte tenu de la demande en nuits d'hôtel qui excède de beaucoup l'offre, il est indispensable de monter le voyage... un an à l'avance pour obtenir des hôtels bien placés, avec des tarifs pas trop élevés (les bons hôtels sont de toute façon très chers), notamment si vous voulez dormir dans un hôtel sur pilotis sur le lac Inle.

Photo 929

HPIM1324

Les billets d'avions pour les vols internationaux sont disponibles en général 11 mois à l'avance. Nous sommes partis avec Thai Airways, qui est actuellement la compagnie la mieux placée en terme de prix et de clarté de son site internet (habituellement les sites des compagnies asiatiques sont au top mais c'est malheureusement en train de changer car ils s'alignent sur les sites de low cost qui sont clairs comme des nappes de pétrole). 

Ses tarifs sont très attractifs pour la Birmanie pour début décembre 2018 : 656 euros A/R pour Paris - Yangon (en plus, vous volerez sur l'A380 jusqu'à Bangkok, avec des places moins étriquées que les autres avions) et 811 euros A/R pour Paris - Mandalay, qui peut intéresser les personnes ne disposant que de deux semaines, pour une première découverte du pays, en shuntant Yangon (dommage pour la pagode Shwedagon !). Compte tenu de la désaffection provisoire des touristes asiatiques pour la Birmanie (suite aux incendies des villages Rohingya par l'armée), il n'est peut-être pas impossible de monter un voyage en ce moment. A voir pour les personnes vraiment  intéressées !

Le conseil de M. Cath dans le cas ou vous ne disposez que de 15 jours est de prévoir deux voyages sur deux années pour visiter tranquillement le nord du pays : le lac Inle puis Mandalay et éventuellement Kyaing Tong (trekking) ou Monywa (ou une autre destination), et l'année suivante le sud,Yangon et ses environs, Bagan et Ngapali (séjour balnéaire) .

HPIM1434

Il est évident qu'une quinzaine de jours ne peut suffire à visiter un pays (le feriez vous pour la France ? Où pourtant  les moyens de transports sont à l'opposé de la Birmanie qui est un pays plus étendu ). 

D'autant plus que, comme le lac Inle, Mandalay qui est la 2ème ville du Myanmar (le vrai nom de la Birmanie) et ses environs regorgent de lieux à visiter : 

Amarapura et son célèbre pont U Bein

JMB_1388

Ce site a malheureusement perdu totalement sa sérénité d'il y a dix ans. Il est désormais envahi par des groupes de touristes beaucoup trop importants et dénaturé par des "marchands du temple". La photo ci-dessous, prise lors de notre premier voyage, est impossible à réaliser aujourd'hui car certains touristes n'ayant rien compris à la magie du coucher de soleil sous le pont U Bein se tiennent sur le pont au moment crucial !

Photo 182

Inwa (capitale de l'état Birman pendant 4 siècles)

JMB_1108

JMB_1284

Sagaing et ses centaines de pagodes, stupas et monastères éparpillés sur plusieurs collines qui dominent le fleuve Irrawaddy.

IMG_2039

IMG_2047

Mingun et ses superbes pagodes blanches (Satowya et Hsinbyume)

JMB_1703

JMB_1646

Monywa, qui permet de visiter Thanboddhay temple (la pagode aux 500.000 bouddhas construite dans les années trente) et Po Win Daung caves (800 grottes du 16ème au 18ème siècles qui contiennent les peintures anciennes les plus belles d'Asie du sud-est et quelques milliers de statues de Bouddha).

JMB_2612

JMB_2673

JMB_2780

JMB_2705

 Pour les grottes de Po Win Daung, mieux vaut ne pas avoir peur des singes !

JMB_2730

A Mandalay, outre les sculpteurs sur marbre, les bronziers et le marché de jade, vous pourrez également voir des spectacles de marionnettes (quelques extraits sur la vidéo ci-dessous)...

...ainsi que la fabrication de ces marionnettes, les batteurs de feuilles d'or, le tissage de la soie, de la sculpture sur bois et des brodeuses (vidéo suivante).

JMB_2531

JMB_2522

JMB_1898

JMB_1794

JMB_1322

JMB_2533 

Il est possible de quitter Mandalay par le fleuve Irrawaddy pour rejoindre Bagan. Dans ce cas, il faut prévoir une journée entière de navigation ! Pour raccourcir ce trajet, nous l'avons inclus à notre excursion aux grottes de Pau Win Daung et avons embarqué à Pakkoku, à 2 heures de bateau de Bagan. C'est très sympa d'arriver à Bagan par le fleuve car on peut voir beaucoup de scènes de vie sur les berges et cela donne un autre angle de vue du site.

IMG_2433

JMB_3228

JMB_3218

Nous avons fait un voyage de 26 jours au total, en adaptant notre façon de voyager au pays. Pour ne pas perdre de temps dans les transports, nous avons privilégié l'avion pour changer de région. Compte tenu de l'état des routes et de la vitesse très lente des trains, les Birmans voyagent beaucoup par avion. Il est également nécessaire de réserver à l'avance les vols intérieurs (attention, certaines compagnies sont à éviter). A noter que sur nos 4 vols, deux ont été retardés pour un problème technique et pour cause de brouillard à l'aéroport près du lac Inle (problème fréquent en novembre/décembre). Il faut donc prévoir un peu de battement dans le programme les jours de transfert d'une région à l'autre. 

20171113_074433

La Birmanie venant juste de s'ouvrir au tourisme, afin d'éviter les mauvaises surprises, après avoir établi le programme M. Cath  a sous-traité l'organisation du voyage, les réservations de vols intérieurs ainsi que les réservations de chambres d'hôtels à l'agence de voyage Selectour Bleu Voyages de Grenoble (ce voyage fait désormais partie de son catalogue). Cette agence a elle-même sous-traité à une agence locale ayant un correspondant francophone. Ceci a permis d'ajuster le programme aux contraintes du pays et de pouvoir sortir des sentiers battus en toute sécurité (ce qui est très difficile en Birmanie où le parcours des touristes semble tracé d'une manière indélébile).

Le secret pour découvrir un pays à son rythme est de monter entièrement le voyage de A à Z (ce que fait habituellement M. Cath). Bien entendu, pour ceci il faut définir parfaitement ses points d'intérêts, être capable de savoir à l'avance le nombre de jours nécessaires à chaque étape du voyage et pouvoir réserver tous les ingrédients de la recette sur internet (ce qui n'est pas gagné dans ce pays qui utilise internet depuis peu). Il faut souligner d'ailleurs que lors de nos 14 voyages en Asie, les seuls problèmes que nous ayons rencontrés ont été lors des 2 voyages en Birmanie  et ce malgré 3 mois de préparation !  Les agences birmanes n'ont pas encore atteint le niveau d'organisation exceptionnel asiatique (très loin de l'inorganisation à la française ! ).     

Pour sortir des sentiers battus en restant en sécurité (mines antipersonnel + guérilla inter-ethnique) et pouvoir communiquer avec les habitants, nous avons utilisé les services de trois guides qui parlaient correctement anglais (les chauffeurs de voiture n'en connaissent que 3 mots pour éviter de perdre la face). Nous sommes assez loin de notre façon d'appréhender un pays seuls puisque certains jours nous avions, en plus du chauffeur et du guide, un second guide obligatoire, pour visiter Kakku par exemple, d'où l'impression d'avoir une PME avec les charges afférentes (pourboires pour tout le monde) ! Mais c'est le prix à payer pour apprendre les us et coutumes du peuple Birman. 
Il est possible pour les non-anglophones de trouver de rares guides francophones, qui sont facturés par les agences à des tarifs beaucoup plus élevés. Il est toutefois recommandé de parler correctement anglais pour voyager seuls en Asie.

JMB_5858

Concernant la sécurité, il est indispensable de consulter le site du gouvernement Français avant d'envisager un voyage dans un pays, quel qu'il soit, afin de se faire une idée de l'ambiance sur place et des risques encourus. L'Asie était un continent très stable ; c'est malheureusement en train de changer. J'en veux pour preuve l'état d'urgence déclaré au Sri Lanka mardi 06 mars 2018, pour des violences communautaires dans la région très touristique de Kandy où vous pouvez visiter un temple qui contient une dent de Bouddha (il va falloir attendre un peu !).

Quant à la Birmanie, toutes les régions frontalières sont à éviter en raison des tensions entre le gouvernement et les ethnies qui les peuplent et dont les droits ne sont pas respectés par les militaires. La situation évolue très vite, en général dans le mauvais sens. Par exemple, nous avons dû modifier au dernier moment une journée de trek dans le triangle d'or, l'accés aux villages que nous devions visiter ayant été interdit par les autorités Birmanes juste avant notre arrivée. Il est donc important de suivre l'actualité du pays où vous vous rendez.

Pour résumer, vous l'avez compris, on ne décide pas de partir en Birmanie sur un coup de tête ou parce que c'est la destination mise en avant par les agences de voyage. Celles-ci, vont bien sûr omettre quelques particularités de ce pays pour vous vendre du rêve à grands coups de photos de bonzes à ombrelles traditionnelles en papier (que vous ne verrez jamais sur place car ils se contentent du même parapluie que vous pour se protéger du soleil !). C'est un voyage qui se prépare à tête reposée, bien à l'avance, avec comme ingrédients du temps, un budget conséquent et une grande envie de découvrir l'extrême gentillesse d'un peuple malheureusement opprimé par une junte militaire.  

IMG_0899

Puisque nous parlons d'argent, il faut savoir que sur la quarantaine de pays que nous avons visités, c'est celui qui arrive en tête au niveau du budget le plus élevé. La Birmanie a même réussi à détrôner notre voyage en Afrique du Sud, où nous étions pourtant resté un mois suite à l'éruption du volcan Eyjafjöll qui avait occasionné la fermeture des aéroports européens pendant plusieurs jours. En effet, l'adaptation de notre façon de voyager aux contraintes du pays a conduit à des lignes de budget inhabituelles : 4 vols intérieurs, location de voiture avec chauffeur + guide, location de pirogues et de bateau privés avec pilote + guide, pourboire pour tout le monde, réservation d'hôtels confortables (il y a un décalage vers le bas d'au moins une étoile entre la Birmanie et le reste du monde), nécessité d'un nombre de nuits élevées pour être en phase avec le rythme du pays, le survol en montgolfière de Bagan ayant achevé d'exploser notre budget. 

Pour payer sur place vos dépenses quotidiennes, il faut emporter des euros à changer à l'arrivée à l'aéroport (taux de change identique aux banques). Il n'y a plus besoin de passer par des dollars pour ceci et c'est tant mieux. Les billets de 50 et 100 euros ont un meilleur taux de change que les billets plus petits (ce sera d'ailleurs le taux indiqué sur les petits stands de l'aéroport). Veillez à ce que vos billets soient exempts de tout (trait de stylo, petite déchirure, pliures prononcées) sinon ils seront refusés. Par contre, en échange on vous donnera des billets avec des inscriptions, des plis, une surface plus ou moins propre, mais sans aucune déchirure ou scotch de réparation. Ces billets sont acceptés partout dans le pays, où il faut toujours payer en Kyats.

JMB_3974

Bien entendu, il y a maintenant des ATM partout, qui permettent de retirer des Kyats avec une carte bancaire internationale. Mais en plus de la commission de votre banque va s'ajouter une seconde commission pour la banque birmane (de 4 à 6 euros selon le montant retiré !!! ). De plus, en Asie, le montant maximum de retrait est assez faible, obligeant à multiplier les retraits et les commissions.

Il faut prévoir une quinzaine d'euros par jour et par personne pour les repas de midi et du soir (boissons incluses), soit environ 23000 Kyats en novembre 2017. Le budget nourriture sera donc assez faible, ce qui est une bonne nouvelle !       

La Birmanie est une destination de voyage exceptionnelle, offrant plusieurs thèmes tout au long de sa découverte : artisanat, culture, traditions encore préservées, bonne cuisine avec des produits frais (notamment dans l'état Shan), religion, paysages, architecture coloniale (Yangon), sites archéologiques, auxquels il est possible d'ajouter une extension balnéaire (Ngapali) ou trekking (Kyaing Tong), le tout mis en valeur par  l'accueil chaleureux des habitants. Très peu de pays dans le monde rassemblent autant de centres d'intérêts.

Pour visiter le pays, les moyens de transport exotiques vous offriront un dépaysement supplémentaire :

Trishaw pour la découverte des petites villes à un rythme cool avec une vue à 360°.

JMB_8363

Moto taxi pour une visite de ville plus rapide en conservant la vue à 360°.

IMG_1883

Il faudra privilégier les  taxis  pour Yangon et Mandalay, en négociant le prix de la course avant de monter et en ayant en main le nom de l'endroit où vous voulez vous rendre écrit en Birman, ainsi que le nom et l'adresse de votre hôtel pour le retour (les bus en ville étant impossible à utiliser en Asie car les indications sont aléatoires et surtout les Asiatiques n'utilisant jamais de plan ils ne savent pas les lire et vous ne pourrez jamais faire comprendre votre destination !).

JMB_9044

Charrette à cheval pour la visite d'Inwa. "Attention aux secousses" car les amortisseurs sont inefficaces et les pistes sont défoncées !

IMG_1328

Char à boeuf, qui était le moyen de locomotion à Inwa il ya 10 ans, aujourd'hui proposé par certaines agences pour Bagan. Ça secoue pas mal aussi et ça n'avance pas ! 

IMG_2566

E-bike, génial pour la visite de Bagan en toute liberté, sans perdre de temps sur les liaisons routières entre les différents groupes de temples. 

JMB_3377

Montgolfière pour  le fun. Nous présenterons ce moyen de transport dans le prochain reportage où vous pourrez "vous envoyer en l'air" à Bagan en notre compagnie ☺

JMB_3820