IMG_2625

Avant de prendre notre envol, quelques infos concernant la sécurité. Au cours des reportages précédents, vos réactions sur l'absence de protection individuelle des artisans birmans ont beaucoup amusé M. Cath. En effet, nous sommes loin de la sécurité actuelle mise en avant dans la plupart des pays industrialisés ! Mais la Birmanie commence à s'y intéresser. Pour l'instant seuls les panneaux "safety first" sont arrivés et mis en place devant les chantiers importants. Nous sommes passés devant un de ces panneaux qui précédait une portion de route en cours d'élargissement à l'aide de marteaux piqueurs. Les ouvriers travaillaient à flanc de montagne, avec un casque bleu flambant neuf sur la tête (probablement un cadeau du fabricant de panneaux !) Ils cassaient les rochers avec la broche de leur marteaux piqueurs à 20 cm de leurs pieds... nus !!!

Rassurez-vous, les trois sociétés qui proposent le survol de Bagan en montgolfière se situent à l'autre extrême. La sécurité est leur règle n°1 ; elle fait l'objet du briefing qui précède le décollage. Il est manifeste que les moindres détails sont réglés pour assurer le bon déroulement du vol. Par exemple, bien à l'avance on vous demandera votre poids, qui rentre en ligne de compte pour former les groupes et détermine votre place dans la nacelle afin d'équilibrer celle-ci. Sur la vidéo ci-dessous, vous allez assister à la préparation de la montgolfière supervisée par le pilote.

Vous aurez le choix entre plusieurs  possibilités ; suivant les compagnies, il existe des nacelles de 4, 6, 8,12 ou 16 passagers. Bien entendu, le tarif est inversement proportionnel au nombre de places. Nous avons choisi une nacelle de 8 personnes, afin de pouvoir faire des photos plus facilement.

JMB_3659-1

Nacelle avec 12 personnes

JMB_3579-2

Puisque nous parlons prix, celui-ci est prohibitif ! Le survol d'environ 45 minutes pour 2 personnes revient plus cher qu'un billet d'avion A/R Paris /Yangon où vous volerez durant 28h !!! Une fois sur place, vous verrez que les moyens mis en oeuvre expliquent en partie le tarif pratiqué. Les ballons sont fabriqués en Angleterre par le spécialiste de la montgolfière. Pour la sécurité du vol, les pilotes, tous formés en Angleterre, possèdent un ordinateur qui les renseigne en temps réel sur la position des autres ballons. Ils sont en liaison radio permanente entre eux. L'activité nécessite une logistique importante, notamment pour le transport du matériel et des touristes (on vient vous chercher à 5h30 et on vous ramène à l'hôtel entre 8h30 et 9h30). Une centaine de personnes sont employées par la société que nous avons utilisée, qui propose des vols dans plusieurs régions. Si vous cliquez sur le lien précédent et laissez défiler les photos, vous pouvez noter la différence au niveau esthétique des photos prises durant la saison sèche avec celles de ce reportage, prises au tout début de cette saison, où la végétation verdoyante habille et fait ressortir les temples.

IMG_2635

Malgré le tarif élevé, les 21 montgolfières qui décollent quotidiennement juste après le lever du soleil sont complètes. Il faut donc réserver sa place le plus tôt possible. Contrairement à ce qui est indiqué sur certains guides papiers, il n'y a plus de vol pour le coucher du soleil. En effet, de temps en temps, les ballons poussés par le vent se retrouvaient aux abords de l'aéroport !

D'après une information de dernière minute, il n'y aura peut-être plus du tout de survol du site de Bagan (vous constatez en direct que tout va très vite en Asie et que pour la Birmanie des tas de choses changent sans arrêt, expliquant la difficulté d'un tel voyage).

Pour l'heure, le ballon est prêt. Veuillez embarquer et vous mettre en position de décollage pour le survol des temples de Bagan en vidéo.

Pour les amateurs de photos, M. Cath vous donne quelques indications :

La lumière au lever du soleil en Asie est très faible. Il faut donc avoir du matériel très performant en basse lumière.

IMG_2608

Pour les propriétaires de "reflex", il faut prévoir idéalement un zoom allant du grand angle jusqu'à 300 mm. Sur les photos et vidéos, vous pouvez voir des ballons qui volent assez haut au-dessus des temples et d'autres très bas. 

IMG_2610

JMB_3578

La nacelle de 8 personnes facilite la prise de photos ou de vidéos ; cependant, vous êtes installés par 2 dans un compartiment et  vous ne pouvez pas en sortir. Les meilleurs places sont de part et d'autre du pilote, qui a bien sûr toujours la vue sur le site survolé. Les places étant attribuées à l'avance, vous ne pouvez pas les choisir ! Nous étions  à l'arrière de la nacelle et avons dû demander au pilote de faire pivoter celle-ci de temps en temps pour avoir une vue dégagée sur le site. Il y a quand même la possibilité de photographier les temples par l'arrière, avec le risque d'être face au soleil. Pour réussir ses clichés, il faut impérativement jouer avec l'éclairage du soleil assez rasant à cette heure-là et ce n'est pas évident, d'autant plus qu'avec l'altitude apparaît de la brume qui plombe les photos et va nécessiter un traitement informatique pour sa suppression. 

JMB_3667

JMB_3865

JMB_3553

Concernant la réussite du vol, complètement indépendante du tarif, elle dépend de plusieurs facteurs sur lesquels vous ne pouvez pas intervenir :

- la météo du jour J que vous ne connaîtrez pas lorsque vous réserverez votre place (de toute façon, personne ne pourra vous indiquer la météo en Asie !)   

- la vitesse du vent, qui va déterminer la durée du vol, autour de 45 minutes en moyenne théoriquement. En lisant les avis clients du site T--p A-----r, vous verrez que  l'amplitude va de 30 minutes à 1h (ceux n'ayant volé que 30 mn n'étant pas contents du tout !). 

- le sens du vent, qui va influer sur le lieu de décollage et les temples que vous allez survoler.

- la maîtrise du pilote, qui dépend de son expérience et conditionne l'altitude de la montgolfière.

Pour notre part, Bouddha était avec nous (c'est d'ailleurs le seul à avoir une place gratuite dans la nacelle !) puisque le vent, contraire à la normale pour ce mois de novembre (il était dans le sens des mois de janvier/février), a fait que nous avons décollé assez loin du site. Cela a laissé le temps au soleil de passer les bancs de nuages qui le cachaient lorsqu'il s'est levé et de briller de tous ses rayons lorsque nous étions au dessus des temples.

JMB_3541

A Bagan, nous avons eu plusieurs journées nuageuses consécutives avec de la pluie en soirée et dans la nuit  mais assez souvent, le ciel était plutôt dégagé au lever du soleil.  

JMB_3563

Il y avait très peu de vent ce jour-là ; nous avons donc volé 1h10, ce qui était parfait pour la découverte aérienne du site. Nous avons eu un parcours de vol très intéressant qui s'est terminé de façon assez exceptionnelle puisque nous avons atterri sur un banc de sable au milieu du fleuve Irrawaddy !
L'atterissage habituel de ce parcours se fait généralement dans les champs aux abords du site mais ce ne fut pas possible ce jour là car des personnes travaillaient dans ces champs. 

JMB_3917

Notre pilote, qui était manifestement le plus expérimenté du staff, nous a confié que la difficulté d'un vol en montgolfière était de conserver une altitude constante, ce qu'il a réussi à faire en restant à 300 mètres du sol tout en se préoccupant en permanence de la position des ballons autour de nous.

JMB_3713

JMB_3750

JMB_3768

JMB_3772

JMB_3777

JMB_3783

JMB_3803

JMB_3904

Ceci a permis de photographier des montgolfières juste au-dessus des temples et d'autres qui étaient bien au-dessus de nous. 

JMB_3706

IMG_2616

JMB_3618

JMB_3676

Vous avez remarqué sur la vidéo et sur les photos ci-dessus que sans zoom puissant il n'est pas possible de faire des gros plans des temples. Les photos qui vont suivre sont prises au zoom de 300 mm, ce qui permet de voir les temples de plus près.

JMB_3632

JMB_3636

JMB_3680

JMB_3684

JMB_3693

JMB_3700

JMB_3703

JMB_3755

JMB_3629

JMB_3818

JMB_3650

JMB_3829

Lorsque le pilote fait tourner le ballon, il est possible de faire des photos de cotés différents du même temple, avec un angle modifié si l'altitude a varié lors de la manoeuvre.

JMB_3722

JMB_3735

JMB_3705

JMB_3732

Ci-dessous, vous pouvez voir le temple d'Ananda construit entre 1091 et 1105. C'est un des plus anciens et le plus prestigieux des temples de Bagan. Son toit est formé de 6 terrasses successives dominées par une tour de type indien appelée sikhara. Son stûpa recouvert d'or est surmonté d'une ombrelle qui culmine à 55 mètres de haut. Une fois à terre, il ne faudra surtout pas manquer la visite de Oak Kyaung qui est un monastère en brique construit juste à côté, dont les murs intérieurs sont recouverts de superbes peintures murales restaurées récemment.  

JMB_3756

Ici, la pagode Shwezigon dont le survol est très rare puisqu'elle est située au bord de l'Irrawaddy ! Il s'agit d'une des plus belles pagode du pays, construite entre 1059 et 1090. C'est la plus vénérée car elle abrite un os de Bouddha et la réplique d'une de ses dents qui se trouve à Kandy (Sri Lanka). Son stûpa est recouvert de feuilles d'or. Elle contient les représentations des 37 Nats du panthéon Birman. Les Nats sont des êtres humains qui ont connu une mort violente et qui possèdent des vertus protectrices. Leur culte a précédé l'arrivée du bouddhisme en Birmanie, auquel il a été inclus puisque désormais le plus grand des Nats se nomme... Bouddha.      

JMB_3847

JMB_3887

Nous allons maintenant nous poser tout en douceur sur un banc de sable au milieu du fleuve.

JMB_3928

JMB_3924

IMG_2660

Les trois sociétés prestataires ont fait preuve d'une grande coordination tout au long du vol, jusqu'à l'atterrissage qui s'est passé en toute sérénité. Les premiers ballons se sont dirigés vers la berge la plus éloignée pour laisser la place aux derniers sur l'autre berge, afin d'éviter le survol des équipages déjà posés et garantir la sécurité de la manoeuvre. Les pilotes se sont posés le plus près possible du fleuve pour réduire la manutention des nacelles.  En raison de ce lieu d'atterrissage particulier, des dizaines de bateaux ont été affrétés pour ramener tout le monde à Bagan, les nacelles et les toiles étant également  chargées sur des bateaux, d'où l'importance de la logistique dans ce genre d'activité.

Lors du prochain reportage nous enfourcherons un scooter électrique pour visiter Bagan par voie terrestre et pénétrer dans les temples.