-

 

 

Cette-chose

Cette chose (Jean-Jacques Charbonier) ♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Existe-t-il une vie après la mort ? 
Le destin décide parfois à votre place. C'est le cas de Jean-Jacques Charbonier dont la vie a basculé lors d'une intervention avec le SAMU, au sein duquel, alors jeune généraliste, il effectuait un stage de médecine d'urgence. En recueillant le dernier soupir d'un accidenté, le docteur Charbonier a rencontré " Cette chose ". Rien ne sera plus jamais comme avant. Il renonce à sa clientèle rurale et reprend ses études pour devenir anesthésiste-réanimateur. Car une révélation fracassante s'était imposée : l'âme survit à la mort du corps et continue d'exister dans une autre dimension. 
30 ans après ces événements, Jean-Jacques Charbonier est devenu l'un des plus grands spécialistes au monde de la vie après la vie. Il nous livre dans cet ouvrage aussi personnel que passionnant le fruit de ses recherches sur le sujet. Itinéraire d'un homme et d'un scientifique face à l'un des plus grands mystères qu'il nous soit donné de résoudre : comment la conscience peut-elle se manifester en dehors du corps ?

Après avoir lu  cette critique chez l'un des mes (trop !) rares visiteurs masculins (en tout cas, le seul à laisser une trace de son passage sur mon blog !), j'ai eu envie de découvrir "cette chose". Ce n'est pas le genre de lecture dont je suis habituellement friande mais le sujet m'intéresse. Moi qui suis une cartésienne pure et dure, je reste très ouverte à ce genre de phénomènes et  certains "signes" m'ont parfois déstabilisée. Je m'interroge sur une éventuelle vie après la mort (ou du moins la survivance de "quelque chose" après notre court passage sur terre). A chacun de se faire sa propre opinion... Pour cela, le livre du Docteur Charbonnier peut être intéressant. Il y partage son expérience de manière très accessible, dans un style agréable à lire et avec une sincérité et une conviction qui forcent le respect. Pas facile de défendre ce genre de cause dans le milieu médical et scientifique (si rationnel !) et dans notre société où ce sujet est tabou (alors qu'il ne l'est pas du tout dans d'autres !).
J'ai été très intéressée par la partie ou Jean-Jacques Charbonnier parle de la dissonance cognitive : notre conscience analytique cérébrale (CAC) bloque notre conscience intuitive extra-neuronale (CIE) et fait qu'inconsciemment, on refuse de voir certains signes ou certaines manifestations qui peuvent s'avérer trop troublants. A ce sujet, j'ai lu un court article très intéressant et accessible ici (entre autres !).
On ne peut que se poser des questions après la lecture de ce livre, à lire uniquement si on est ouvert d'esprit, sans porter de jugement, juste pour "élever" son esprit cartésien !
Deux petits bémols cependant : je trouve que l'auteur se répète beaucoup et qu'il fait beaucoup (trop !) de références à ses précédents ouvrages. 

 

 

Chambre-merveilles

La chambre des merveilles (Julien Sandrel) ♥♥♥
Présentation de l'éditeur : 
 Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère,  Thelma, qu’il est  amoureux pour la première fois, il voit bien  qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part,  fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion  le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas  d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.  En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet  sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de  toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait  vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles,  elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures,  il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à  revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers  elle il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on  a presque quarante ans…

J'ai lu énormément de bonnes critiques au sujet de ce livre et j'avoue que je ne comprends pas cet engouement (bonne opération marketing ?). Pour ma part, ce fut une grosse déception. C'est pourtant avec enthousiasme que j'ai commencé ma lecture, persuadée que ce roman allait me plaire. L'idée de départ était si jolie (une mère qui espère sortir son fils ado du coma en réalisant ses rêves à sa place) .....
Les coïncidences bien trop tirées par les cheveux pour être crédibles se succèdent (OK, "Paris est un village", mais il ne faut pas pousser !). Certaines situations sont totalement invraisemblables. Beaucoup de réactions de la mère sont improbables (voire choquantes !). Les personnages ne sont pas attachants et je n'ai ressenti aucune émotion à la lecture de ce roman. Le soi-disant humour avec lequel est traité ce sujet (pourtant tragique au départ !) ne m'a pas tiré un sourire. Même le message de fond que veut transmettre l'auteur (sur le fait que l'on passe parfois à côté de sa vie et des choses essentielles) est amené sans subtilité et j'ai plutôt eu l'impression qu'il enfonçait des portes ouvertes. J'attendais davantage de profondeur et j'ai donc été très déçue.
Je serais très curieuse de connaitre votre avis si vous avez lu ce roman.....

 

 

511857Q8KOL

Une fille comme elle (Marc Lévy) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : À New York, sur la 5e Avenue, s’élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l’ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l’escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu’il est à la tête d’une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l’habitante du dernier étage.
Entrez au N° 12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new yorkaises !

Comme je l'expliquais ici il y a déjà 3 ans, je n'ai jamais compris le mépris de certains pour les livres de Marc Lévy, qui sont généralement bien ficelés et apportent un agréable moment de détente au lecteur. C'est donc sans aucun a priori négatif que j'ai commencé la lecture de son dernier roman. Malheureusement, ce fut une déception pour moi. Il m'a manqué le brin de folie, l'originalité qui font habituellement la marque de fabrique de Lévy. Là, il s'agit d'une simple comédie romantique sans aucune surprise, avec une fin totalement prévisible, des personnages caricaturaux, beaucoup de clichés et une intrigue plutôt fade. A lire si vous êtes vraiment des inconditionnels de Lévy ; sinon, vous pouvez allégrement passer votre chemin, vous ne raterez pas grand chose !

 

 

aile-vierges

L'aile des vierges (Laurence Peyrin) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le coeur lourd. Car aujourd’hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une sage-femme féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe. Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin va s’installer dans une chambre de bonne. Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore au siècle précédent n’est pas chose aisée pour cette jeune femme cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir qu’elle n’est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début d’un long chemin passionnel vers la liberté.

L’année dernière, j’avais eu un coup de cœur pour "Miss Cyclone". 
Coup de cœur aussi pour le dernier roman de Laurence Peyrin, subtil et très bien écrit. L’intrigue y est tout aussi prenante, les personnages attachants et la plume percutante. A travers une histoire d’amour intense, l’auteure nous dresse un superbe portrait de femme. Maggie est une femme émancipée, en avance sur son époque, au caractère bien trempé, et si on se retrouve toutes un peu en elle, on envie surtout son courage et sa ténacité.
L’auteure nous interpelle sur les choix de vie, le temps qui passe, la nécessité de poursuivre ses rêves.

 

 

 

barre-livres

Mes lectures finies

lus

 

Ma lecture en-cours

 Promets-moi