(Compte tenu de mon absence, la modération des commentaires est activée sur ce message afin d'éviter les dérapages et les publicités sauvages. Ne vous étonnez donc pas de ne pas voir apparaître vos commentaires tout de suite ! Mais que cela ne vous empêche pas d'en laisser....) 

-

 

Le-chapeau-de-Mitterrand

Le chapeau de Mitterand (Antoine Laurain) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Daniel Mercier dîne seul dans une fameuse brasserie parisienne quand - il n'en croit pas ses yeux - un illustre convive s'installe à la table voisine : François Mitterrand. Son repas achevé, le Président oublie son chapeau, que Daniel décide de s'approprier en souvenir. Tel un talisman, le feutre noir ne tarde pas à transformer sa vie. Daniel aurait-il percé le mystère du pouvoir suprême ? Hélas, il perd à son tour le précieux couvre-chef qui poursuit de tête en tête sa promenade savoureuse, bouleversant le destin de personnages pittoresques et brossant, sous la forme d'une fable, un tableau de la France des années quatre-vingt.

Après avoir lu (et beaucoup apprécié !)  "la femme au carnet rouge", j’avais envie de découvrir cet autre roman d’Antoine Laurain au sujet duquel j’avais lu de nombreuses critiques positives.
Ne vous fiez pas au titre, ce n'est pas un livre "politique" (même si la droite conservatrice et la gauche caviar sont toutes les deux écorchées au passage !!). Le "personnage" principal, c’est le fameux chapeau, qui va passer de tête en tête par le fruit du hasard et modifier le destin de ses propriétaires provisoires (ou plutôt les inciter à prendre des décisions qui changeront leur vie).
Le roman se situe dans les années 80 et l’auteur en dresse un portrait grinçant. Le minitel, Polac, Pivot, Canal +, le Top 50, les colonnes de Buren, la pyramide du Louvre… (en vrac... et j’en passe !), toutes  les descriptions sont si réelles que j’ai eu l’impression de revivre ma jeunesse !!!
J’ai beaucoup aimé ce conte moderne, très agréable à lire et avec une bonne dose d’humour, qui est à la fois une caricature de la société des années 80 et une leçon de vie.

 

La-grand-mere-de-Jade

La grand-mère de Jade (Frédérique Deghelt) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : "Les livres furent mes amants et avec eux j'ai trompé ton grand-père qui n'en a jamais rien su pendant toute notre vie commune."
Quand Jade, une jeune femme moderne, "enlève" sa grand-mère pour lui éviter la maison de retraite et fait habiter à Paris celle qui n'a jamais quitté la campagne, beaucoup de choses en sont bouleversées. A commencer par l'image que Jade avait de sa Mamoune, si bonne, si discrète ...
Une histoire d'amour entre deux femmes, deux générations, au dénouement troublant.

Quelle déception à la lecture de ce roman ! Pourtant, l’histoire commençait plutôt bien avec cette petite-fille qui enlève sa grand-mère pour lui éviter la maison de retraite. Hélas, pour moi le soufflé est vite retombé. J’ai failli abandonner avant la fin mais comme ce livre m’avait été conseillé par une amie qui a (en général !) les mêmes goûts que moi en matière de lecture, j’ai persévéré. Mais quel ennui ! J’ai trouvé l’écriture lourde, les personnages caricaturaux, les situations pleines de clichés et les quelques passages plus intéressants et plus profonds n’ont pas suffi à compenser les longueurs de ce roman. Même la pirouette de l’épilogue n’a pas atténué ma déception… 

Promets-moi

Promets-moi d’être heureux (Célestin Robaglia) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Désabusé par la vie, Gabriel a renoncé à ses rêves de changer le monde. À 27 ans, il est enlisé dans sa routine parisienne et partage son quotidien avec son cousin Noé, un rêveur asocial. La vie de Gabriel bascule lorsqu'il se retrouve sans préavis tuteur d'Aziliz, sa nièce de dix ans. Avec une sagesse déconcertante, Aziliz remet en cause le simulacre de vie qu'il mène avec Noé et le pousse à écouter ses désirs enfouis. Gabriel se rappelle alors la promesse qu'il a faite à sa sœur, Clara, lors d'un rêve étrange. Poussé par cet engagement, il décide de tout plaquer. Sans projet ni point de chute, il part avec Aziliz et Noé direction la Bretagne, avec un seul rêve : trouver un lieu où ils pourront vivre en symbiose avec la nature. Pour Gabriel, c'est le début d'un cheminement personnel. Au contact de l'essence vibratoire de la forêt, il se reconnecte à sa propre nature et apprend à cultiver les bonheurs simples de la vie. 
Cette histoire poignante, au cœur de la forêt bretonne, promet
de vous relier à la nature. Toute la magie de la sobriété heureuse pour vivre en harmonie avec soi... 

Avec une plume pleine de sensibilité et une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres, Célestin Robaglia nous conte une très belle histoire et nous pousse à nous interroger au sujet des excès de notre société de consommation. Sans prosélytisme outrancier mais avec au contraire beaucoup de subtilité, il prône un retour à la nature et aux choses essentielles. On sent la conviction dans son récit, dans les pensées qu’il attribue à ses personnages. L’auteur vit lui-même en dehors de la société de consommation*, ce qui donne évidemment plus de poids à son discours.
Il m’a fallu quelques pages pour entrer dans le récit et accepter le côté mystique de l’histoire mais une fois ce pas franchi, j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman porteur d’espoir, qui fait grandir son lecteur…

*À la fin de son école d’arts appliqués, Célestin Robaglia réalise son rêve d’enfance et part vivre en Bretagne, pays de ses origines, où il crée un écohameau avec un groupe d’amis. Pratiquant la sobriété heureuse promue par Pierre Rabhi et le mouvement Colibris, il vit de peu et s’investit depuis dix ans dans le développement de ce lieu (rénovation, potager collectif…). Le reste de son temps, il le consacre à ses autres passions, l’écriture et le développement personnel. À 36 ans, il signe son premier roman : Promets-moi d’être heureux.
http://www.sereinventer.org/celestin-robaglia/

 

Rallumer-etoiles

Il est grand temps de rallumer les étoiles (Virginie Grimaldi) ♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.
Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

J’ai lu les quatre romans qu’a écrit Virginie Grimaldi. J’avais bien aimé le premier (sans plus !), préféré le second et été déçue par le troisième.
Pas de déception pour ce quatrième opus, probablement parce que je n’en attendais rien d’autre qu’un bon moment de détente et que du coup, il a comblé mes attentes 😊 
On suit avec plaisir ce road trip en Scandinavie qui va permettre aux personnages (très attachants) de se retrouver. J’ai bien aimé la narration faite par les trois personnages féminins principaux. L’écriture est fluide, agréable avec beaucoup de sensibilité et des pointes d’humour bien dosées.
Au final, un feel good book touchant, sans prise de tête !

 

barre-livres

Mes lectures finies

--

Ma lecture en cours
(du moins au moment où j'ai rédigé cet article. Un long voyage plus tard, je suppose que ce livre est terminé !!)

 

une-vie-a-t-attendre