-

 

Dernier-ete

Dernier été pour Lisa (Valentin Musso)  ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Le meurtre trouble d'une lycéenne, l'enquête de son meilleur ami : Bienvenue à Black Oak, paisible bourgade américaine, où la jeune Lisa a passé son dernier été. Un thriller vraiment très noir, signé Valentin Musso.
On les appelle "les Inséparables" : Lisa, Nick et Ethan, trois adolescents qui grandissent ensemble près du lac Michigan, dans une bourgade du Wisconsin. À la fin de l'été 2004, leur paisible existence vole en éclats : Lisa est retrouvée assassinée sur la plage. Après une enquête bâclée, Ethan, son petit ami, est arrêté et condamné à la prison à vie.
Douze ans plus tard, installé à New York, Nick est devenu un écrivain à succès. Mais les fantômes du passé ne sont pas près de le laisser en paix : contre toute attente, Ethan vient d'être remis en liberté. De retour dans sa ville natale, Nick va devoir affronter l'hostilité des habitants, toujours convaincus de la culpabilité de son ami. Pour innocenter définitivement son ami et parvenir à se reconstruire, il n'aura d'autre choix que de faire la lumière sur la mort de Lisa et de retrouver le véritable meurtrier.
Avec ce nouveau thriller d'une redoutable efficacité, Valentin Musso nous entraîne au cœur d'une petite ville américaine en apparence sans histoires, et qui cache bien ses secrets.

Coup de cœur pour ce thriller parfaitement ficelé et captivant, sans aucun temps mort ! Et quel plaisir de lire un roman aussi bien écrit... Décidément, plus je découvre Valentin Musso et plus j’apprécie sa jolie plume.
A l’instar d’Alex (de Pierre Lemaitre), lu récemment, l’auteur joue avec les certitudes de son lecteur, l'emmène sur une piste, sur une autre... On soupçonne tout le monde et quand on croit avoir démasqué le coupable, hop ! un retournement de situation final totalement inattendu (du moins pour moi !). Mais là, contrairement à Alex, l’auteur nous épargne les scènes glauques ! Comme quoi il est possible d’écrire un excellent thriller sans déverser des litres d’hémoglobine :-)

 

Un-petit-carnet-rouge

Un petit carnet rouge (Sofia Lundberg)  ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : À 96 ans, Doris habite seule à Stockholm. Elle n’a plus aucune famille si ce n’est une petite-nièce qui vit aux États-Unis. Son bien le plus précieux est un carnet d’adresses, qu’elle possède depuis 1928. Ce calepin rouge contient le souvenir des gens qu’elle a rencontrés au fil de son existence, et dont elle a rayé les noms à mesure qu’ils ont quitté ce monde.
De l’excentrique bourgeoise pour qui elle a travaillé enfant à l’amour de sa vie rencontré à Paris, de la veuve qui lui a appris l’anglais sur le bateau l’emmenant à New York aux plus grands couturiers français  qui l’ont vue défiler, de l’artiste suédois devenu son confident à sa  propre sœur, au destin douloureux, l’existence de Doris est une  épopée romantique, tragique et émouvante.
Une histoire de famille et de transmission merveilleuse et bouleversante.

Jolie surprise que ce « petit carnet rouge », à mi-chemin entre le journal intime et le roman. Dans un style délicat et avec une écriture très agréable, l’auteure nous emmène de New York à Paris en passant par la Suède et l'Angleterre, retraçant la vie de Doris avec beaucoup de tendresse et d’émotion. Les personnages (principaux comme secondaires) sont très attachants.
Même si j’ai trouvé qu’il manquait par moments de profondeur (j’aurais aimé que certains thèmes ou certaines périodes de la vie de Doris soient plus approfondis), j’ai beaucoup aimé ce beau roman qui se déguste comme une petite douceur et qui, malgré certains des thèmes abordés (la vieillesse, la dépendance, la fin de vie…) est un bel hymne à la vie, rempli d’espoir.
Et je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager deux passages relevés au cours de ma lecture, qui reflètent parfaitement l’atmosphère du livre….

Assez est le mot que je veux te donner pour t'accompagner dans ton voyage, a-t-elle murmuré. Assez de soleil pour illuminer tes jours, assez de pluie pour apprécier le soleil, assez de joie pour nourrir ton âme, assez de peines pour pouvoir profiter des petits plaisirs et assez de rencontres pour savoir dire adieu.

La vie est rarement passionnante sur le moment. Elle est juste compliquée. Ses reliefs apparaissent avec le recul. Beaucoup plus tard

 

automne-attendra

L’automne attendra (Françoise Kerymer)  ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : La soixantaine épanouie, Louise a tout pour être heureuse. Mais sa rencontre avec Adrien, chef d’orchestre, lui permet de comprendre qu’elle n’attend plus grand-chose de la vie, dont elle s’échappe en écrivant des romans. Ce qui la lie encore à Germain, son mari depuis trente ans, s’en trouve bouleversé, même si une réelle affection persiste entre eux. Quant à Adrien, emporté par les tourbillons d’une brillante carrière, il est enfermé dans l’univers de la musique qui l’aide à oublier son incapacité à aimer.
Une rencontre, et plus rien ne sera comme avant...

 Malgré une plume plutôt agréable et quelques jolies tournures, je suis passée totalement à côté de ce roman ! Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages (qui m’ont même parfois prodigieusement agacée !), ni même à les comprendre. Ce roman m’a paru très froid, manquant cruellement de sensibilité, et je n’ai ressenti aucune émotion à sa lecture. J’étais très impatiente de le terminer (ce qui n’est pas un bon signe ! Lorsqu’un livre me plait, je ne suis jamais impatiente de le terminer car je sais que je me sens un peu orpheline au moment de tourner la dernière page…). Bref, vous l’aurez compris, c’est une grosse déception pour moi…

 

My-absolute-darling

My absolute darling (Gabriel Tallent)  ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

J’ai hésité à faire figurer ce roman dans mon coin lecture pour la simple et bonne raison que je n’ai pas réussi à le terminer (je l’ai même abandonné assez vite). J’avoue ne pas comprendre le flot de critiques dithyrambiques que j’ai lues à son sujet ! D’aucuns le présentent même comme LE roman de la rentrée littéraire…. Peut-être est-ce moi qui n’y comprends rien en matière de littérature mais je n’ai RIEN aimé dans ce livre ! Ni l’écriture, ni les dialogues (qui sonnent très faux à mon avis !), ni l’usage à outrance de vocabulaire grossier (et je suis loin d’être prude !), ni les descriptions à n’en plus finir. Non seulement je l’ai trouvé sombre, sordide, déprimant mais aussi d’un ennui mortel ! Je n’ai ressenti aucune émotion à sa lecture mis à part un sentiment de voyeurisme et de mal-être (et ce n’est pas vraiment ce que je recherche !). Ce n’est pas tant le sujet abordé qui m’a dérangée mais bien la façon dont il est traité, sans aucune subtilité ni délicatesse.
Si vous avez lu ce roman, je serais très curieuse de connaître votre avis ! Suis-je la seule à NE PAS l’avoir aimé ??

barre-livres

J'ai terminé...

Une-vie-entre-deux-oceans

Et je suis en train de lire...

Eleanor-Oliphant