Les orangs-outans, que l’on trouve à l’état sauvage uniquement sur les îles de Bornéo et de Sumatra, sont actuellement en voie de disparition. La déforestation est la cause principale de leur extinction progressive.

Un des objectifs de notre voyage était l'observation de cette espèce de primates. Nous avions deux possibilités pour atteindre cet objectif :

- faire un trek de deux jours dans la jungle,  avec la machette, pour se frayer un passage dans la végétation, sans aucune garantie d'en apercevoir car c'est le plus grand mammifère arboricole et comme nous l'avons vu lors des précédents reportages, les arbres sont grands et touffus.

- visiter le centre de réhabilitation de Semenggoh, tout proche de Kuching (où nous étions basés), avec beaucoup plus de chances de voir correctement  des orangs-outans.

Nous avions donc choisi cette seconde option et pour augmenter nos chances de ramener de beaux clichés , nous nous sommes rendus deux fois dans ce centre.

Le centre de réhabilitation de Semenggoh a été fondée en 1975 pour sauvegarder l'espèce et recueille les animaux orphelins, blessés ou gardés illégalement en captivité. Aujourd'hui, vingt trois orangs-outans y vivent en liberté quasi totale. Semenggoh n'est pas un zoo mais bien un centre de réhabilitation : on apprend aux orangs-outans à vivre seuls, à se débrouiller dans leur espace naturel afin qu'ils puissent retourner un jour à la vie sauvage (pour certains d'entre eux ; d'autres finiront leur vie dans le centre). Les visites sont d'ailleurs limitées en durée, afin de ne pas trop les habituer  aux humains. 
Semenggoh est l'endroit idéal pour les observer  dans leur environnement naturel... si on est chanceux ! En effet, dans le centre  on nourrit les singes deux fois par jour, à des heures et des endroits bien précis. C'est à ces heures-là que les visites sont autorisées. Parfois les singe viennent... parfois non ! A la saison des fruits, ils ne pointent pas le bout de leur museau car les fruits font partie des deux tiers de leur alimentation. Ce sont les plus gros mangeurs de fruits de la planète! 

IMG_8342

IMG_8394

Le dernier tiers de leur repas est composé de jeunes pousses, feuilles d'arbres ou écorces. Ils mangent également des fourmis. Dans le parc, les soigneurs leur donnent des cannes à sucre.

Selon la saison, la météo et le degré d'autonomie des singes dans la jungle, il n'y a donc aucune garantie d'en voir lors des visites. Mais nous avons été chanceux car lors des deux visites que nous avons faites au parc, nous avons vu à chaque fois plusieurs orangs-outans (et nous avons eu la chance d'en voir des différents lors de nos deux visites).
Quel moment magique de les voir évoluer en toute liberté, de les observer en train de grimper aux arbres ou de se nourrir.

Et surtout, quelle fascination de voir leurs attitudes si proches des nôtres !

P9101458

En effet, l'orang-outan et l'espèce humaine partagent 97% de leur génome. Ce sont des créatures extrêmement intelligentes qui ont la capacité de réflechir et de raisonner.

IMG_8719

Ils transmettent leurs émotions de la même manière que nous : le rire pour la joie, les pleurs lorsque les bébés ont faim ou sont de mauvaise humeur.  

P9101271

L'orang-outan présent sur l'île de Bornéo a une couleur un peu plus foncée que celui de Sumatra, qui va du roux au marron foncé.  Sur un cliché à contre jour, on obtient les deux couleurs sur le même animal 

IMG_8763

La taille moyenne d'un mâle est de 1,45 m pour un poids de 100 kg, tandis que la femelle mesure environ 1,15 m pour un poids de 50 à 70 Kg.
Ils ont la particularité d'avoir les bras plus longs que les jambes

IMG_8402

 Ils sont aussi agiles avec leurs jambes que leurs bras

IMG_8352

Leur espèce a une durée de vie de 35 ans en liberté et de 50 ans en captivité. La doyenne du centre de Semenggoh se nomme Seduku ; elle est agée de 46 ans !!!

IMG_8714

L'orang-outan atteint la puberté à 8 ans et ne se reproduit  que tous les 6 ou 7 ans, ce qui explique le classement de l'espèce  en "danger critique", bien aidé par les activités humaines : déforestation, chasse, braconnage etc...

Le bébé est allaité par sa mère jusqu'à 6 ans ; il ne la quitte qu'après son sevrage. Celui que vous pouvez voir ci dessous est né le 22 mars 2018. Il se nomme Sigat ; c'est un jeune mâle d'à peine 6 mois sur la photo . Sa maman Sadamiah a 16 ans.

P9101484

P9101498

P9101545

Les mâles sont solitaires et règnent en maîtres sur leurs territoires. Lorsque d'autres mâles sont présents sur ce territoire, ils vont retarder leur puberté et rester de taille inférieure au mâle dominant pour ne pas se faire remarquer!!!

IMG_8701

Ritchie est le mâle dominant du parc ; il a 37 ans. Il possède des disques faciaux formés de depôt graisseux.  Le mâle dominant est le seul à posséder ces disques qui lui servent à amplifier et diriger le son du cri qu'il pousse pour marquer son territoire. Ce cri sert à espacer les grands mâles, chacun régnant sur un territoire de 1 à 5 km.

P9101414

IMG_8742

IMG_8738

Les orangs-outans ne voyagent pas beaucoup durant la journée ; ils parcourent en moyenne 800 mètres.  Ils se déplacent de branche en branche en se servant de leurs mains et de leurs pieds en crochet pour assurer leurs trois points d'appuis et ne sautent quasiment jamais.

IMG_8406

IMG_8358

P9101310

IMG_8744

Le soir venu, ils construisent  un nid à 20 mètres du sol. Ils utilisent pour ceci des grosses branches qu'ils recouvrent avec des lianes, des brindilles et des feuilles pour le rendre plus confortable car, à la différence d'autres singes, l'orang-outan est dépourvu de callosités fessières.

IMG_8368

Les orangs-outans fabriquent et utilisent des outils. En saison sèche, lorsque l'eau est rare, ils mâchent des feuilles pour fabriquer une éponge qui leur servira à absorber l'eau dans les creux des arbres.  Avant de traverser un cours d'eau, ils utilisent une branche pour déterminer la profondeur de l'eau et savoir s'ils auront pied. Lorsqu'il pleut, ils s'abritent avec de grandes feuilles d'arbres qu'ils maintiennent en guise de parapluie au dessus de leur tête. En captivité, ils apprennent à utiliser des outils simplement en regardant les hommes.

P9101378

Des études ont prouvé que les groupes d'orangs-outans étaient dotés d'une culture qu'ils se transmettent de génération en génération, tout comme les élephants. 

P9101487-2

Quant à leur couleur orange,  des chercheurs ont avancé une hypothèse  en 2011  pour  l'expliquer : elle les aiderait à se camoufler car ils habitent dans des forêts marécageuses dont l’eau boueuse a tendance à devenir orange (vous avez pu le voir sur une photo du précédent reportage). La lumière que réfléchit le marécage donne une teinte orangée aux feuillages de la canopée où vivent en permanence les orangs-outans. 

IMG_8362