"Lire c'est mon pays. Rien ne manque quand je lis, le temps disparait et je ne dépends de personne pour cela. Les histoires réparent ; dans un livre, on est toujours chez soi."
Régine Detambel (les livres prennent soin de nous)

Image2

 

Rhapsodie-française

Rhapsodie française (Antoine Laurain)  
Présentation de l’éditeur : Un entrepreneur du Net soudainement populaire au point que les Français voudraient en faire leur prochain président, un artiste contemporain dont la dernière œuvre - un cerveau géant de vingt-cinq mètres de haut - vient d'être installée dans les jardins des Tuileries, le leader mégalomane d'un groupuscule d'extrême droite, une starlette de films X venue du fin fond de la Russie, un antiquaire décédé dans des circonstances bien particulières, un médecin généraliste en quête d'une cassette contenant les chansons du groupe de pop dont il faisait partie dans les années 80. Leur point commun ? Une lettre qui aurait pu donner un tout autre cours à leur vie, et qui vient d'arriver à son destinataire avec... trente-trois ans de retard. Dans ce conte moderne, Antoine Laurain entrecroise avec malice les destins de personnages hauts en couleurs et compose un étonnant portrait de la France d'aujourd'hui.

Je me réjouissais à l’idée de lire un autre roman écrit par l’auteur de "la femme au carnet rouge" et "le chapeau de Mitterrand", que j’avais beaucoup aimés. Je suis beaucoup moins enthousiaste au sujet de celui-ci... Certes, il est divertissant et facile à lire mais il m’a manqué un "je ne sais quoi" pour accrocher complètement. Les personnages sont peu attachants et surtout très stéréotypés. Quelques retournements de situation (et un joli "twist" final !) n’ont pas suffi à rattraper le sentiment de platitude que j’ai éprouvé tout au long de ma lecture. Si on m’avait fait lire ce roman à l’aveugle, je n’aurais jamais pensé une seule seconde qu’il était écrit par Antoine Laurain ! Vous pouvez donc passer votre chemin allègrement. Par contre, si vous ne les avez pas encore lus, je vous conseille à nouveau "le chapeau de Mitterrand" ou "la femme au carnet rouge".

 

Sur_les_ailes_de_la_chance

Sur les ailes de la chance (Georgia Hunter) 
Présentation de l’éditeur : Inspiré par l'incroyable histoire vraie d'une famille juive polonaise séparée au début de la Seconde Guerre mondiale, Sur les ailes de la chance est un hommage au triomphe de l'espoir et de l'amour sur l'horreur.
Au printemps 1939, la famille Kurc fait de son mieux pour mener une vie normale, en dépit du danger chaque jour plus proche. Halina savoure son histoire d'amour naissante, Jakob prépare son avenir avec Bella, et Mila s'habitue à son nouveau statut de mère, sous le regard bienveillant de Nechuma, la matriarche de cette joyeuse tribu. Chacun à sa façon tente d'oublier la situation de plus en plus précaire des Juifs dans leur ville de Radom, en Pologne. Mais l'horreur qui envahit l'Europe ne va pas tarder à les rattraper.
Séparés par six années de guerre et cinq continents, des jazz clubs du Paris des années 1930 aux plages de Rio de Janeiro en passant par le goulag sibérien et le ghetto de Varsovie, les Kurc vont traverser la guerre, poussés par la même rage de survivre et l'espoir, immense, qu'un jour ils seront à nouveau réunis.

Dans cette grande fresque historique, on suit l’histoire d’une famille juive polonaise des débuts de la Seconde Guerre Mondiale jusqu'à l'après-guerre, sur 5 continents. L’auteure a découvert à 15 ans qu’elle était issue d’une famille de survivants de l’holocauste et à partir de ce moment n’a eu qu’une envie : que cette incroyable histoire soit écrite. Ce premier roman (qu’elle a mis plusieurs années à écrire) est très abouti, très bien documenté et très riche (il aborde différents aspects de cette guerre : les ghettos, le goulag, les camps de concentration…). Des introductions à certains chapitres situent le contexte historique et sont très instructifs. L’écriture de l’auteure est juste et, malgré les horreurs racontées, ne sombre jamais dans le pathos ou le larmoyant. Les personnages sont attachants et leur courage force le respect. On vit l’horreur avec eux mais on vit aussi l’espoir et la rage de vivre, leur volonté de se protéger les uns les autres et l’amour si fort qui les unit. En ce sens, malgré son sujet très difficile, j’ai trouvé ce livre lumineux.
En bref, je ne peux que vous conseiller ce roman historique bouleversant, qui est une belle leçon de courage et d’espoir

 

Dansons maintenant

Eh bien dansons maintenant ! (Karine Lambert) 
Présentation de l’éditeur : Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes.

Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire.
Marguerite a toujours vécu dans l'ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l'insouciance, le désir et la joie ?
Après le succès de L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, traduit dans de nombreux pays, Karine Lambert signe un roman lumineux sur la fragilité et l'ivresse d'une histoire d'amour à l'heure où l'on ne s'y attend plus.

Ce roman est une petite douceur à déguster sans modération, pour se faire du bien à l’âme. L’histoire est touchante, toute en tendresse et en émotion. L’auteure nous incite à réfléchir sur le regard que nous portons aux personnes âgées mais c’est aussi (et même avant tout !) un  hymne à la vie et au bonheur. Cette vie qu’il faut savoir croquer jusqu’au dernier moment... cette vie qui sait aussi bien infliger de cruelles épreuves qu’offrir de belles surprises, même dans le "4ème âge". Les deux personnages principaux (si différents mais aussi attachants l’un que l’autre) vont réapprendre le bonheur ensemble et refuser de se laisser mourir à petit feu. Faisant fi du qu’en dira-t-on, ils profiteront des belles choses de la vie en se recentrant sur l’essentiel.
Vous l’avez compris... j’ai aimé ce livre et ne peux que vous le conseiller !

 

tout-le-bleu-du-ciel

Tout le bleu du ciel (Mélissa Da Costa) 
Présentation de l’éditeur : Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l'amitié, l'amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d'Émile. Une écriture vive et alerte, des dialogues impeccables, des personnages justes et attachants qui nous emportent jusqu'à un dénouement inattendu, chargé d'émotions.

Ce premier livre de Melissa Da Costa est très touchant et je l’ai dévoré d’une traite (merci les longs voyages en avion !).  L’écriture est agréable, les personnages attachants, les paysages décrits avec justesse. Joanne et Emile n’ont pas été épargnés par la vie (c’est le moins qu’on puisse dire !) et pourtant, pas de larmoiement dans ce roman. L’auteure nous offre au contraire une très belle leçon de vie, une ode à la liberté.
Malgré certains aspects de l’histoire plutôt tirés par les cheveux, j’ai beaucoup aimé ce "bleu du ciel" !

 

 

barre-livres

J'ai terminé...

 

--

 

Je suis en train de lire...

douce-odeur-pluie