à condition d'avoir en main le bon roman, celui qui vous plaira, qui vous parlera, et dont on ne pourra pas se défaire."
Davis Foenkinos

-

  

tout ce qui nous répare

Tout ce qui nous répare (Lori Nelson Spielman) 
Présentation de l’éditeur : Fais la paix avec ton passé. Ton avenir en dépend.
Erika Blair a tout pour être heureuse : une carrière au sommet et deux filles magnifiques. Sa vie sombre brutalement lorsque l'aînée, Kristen, meurt dans un accident. Entre culpabilité dévorante et déni obstiné, Erika et sa fille cadette, Annie, s'éloignent peu à peu, chacune prisonnière de son propre chagrin.
Erika reçoit un jour un mail anonyme : " Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t'apaise. " Elle reconnaît cette citation, tirée d'un cahier qu'elle a préparé avec amour pour ses filles, dans lequel elle a consigné les sages paroles de sa mère et de sa grand-mère. Qui peut bien lui avoir envoyé ce message et ceux qui suivront ? Des indices, semés entre les lignes, orientent Erika vers l'île de son enfance, Mackinac. Ce n'est qu'en remontant là-bas le fil de son passé torturé qu'elle pourra retrouver le chemin vers ses filles.

De la même auteure, j’avais beaucoup aimé "Demain est un autre jour"  puis été déçue par "un doux pardon". Cette fois encore, mon avis est mitigé L’histoire se lit facilement mais j’ai trouvé l’écriture moins agréable. Beaucoup (trop ?) de thèmes sont abordés (le deuil, les relations mère-fille, l’adoption, la culpabilité, le non-dit... et j’en passe !) et je pense que cela nuit à la fluidité du récit. 
Cette histoire de deuil et de reconstruction est au final peu crédible et si elle se lit facilement, je pense qu’elle s’oublie tout aussi facilement ! Si vous souhaitez découvrir cette auteure, je vous conseille plutôt de lire "Demain est un autre jour".

 

sirene-scaphandrier

La sirène et le scaphandrier (Samuelle Barbier) 
Présentation de l’éditeur : "Nous avons tous une histoire à raconter. Êtes-vous prêts à entendre la mienne ?"
"Nous avons tous une histoire à raconter. Êtes-vous prêts à entendre la mienne ? J'ai été élevé dans les marécages du sud-est du Texas, sur ces terres rouges où règnent les vrais Cajuns. Maintenant que je suis "en cage', je passe le plus clair de mon temps à imaginer ce qui se passe à l'extérieur. " Zach

Malgré ses quelques défauts (beaucoup de clichés et un manque de crédibilité total), je me suis laissée emporter par cette romance dans laquelle l’auteure distille un mélange bien dosé d’humour, de tendresse, d’optimisme et de bons sentiments.
J’ai dévoré ce livre (en grande partie épistolaire) qui m’a offert un très agréable moment de détente, entre Londres et le Texas, et si vous êtes à la recherche d’un bon "feel good book", je vous le conseille !

 

hommes-jugent

Est-ce ainsi que les hommes jugent (Mathieu Menegaux) 
Présentation de l’éditeur : Une journée particulière. Gustavo, père de famille, directeur financier, doit effectuer une présentation importante devant l’état-major de sa multinationale. Des mois de préparation, un tournant pour sa carrière. 
Au lieu de l’heure de gloire espérée, la police faire irruption à son domicile, à l’aube. Perquisition, accusation d’homicide volontaire, indices concordants, Gustavo va être placé en garde à vue et traité sans ménagement. Heures sombres, qui vont déstabiliser un cadre supérieur sans histoires et le conduire à redouter le pire pour son avenir. 
Son épouse Sophie va mobiliser son réseau et son énergie pour démontrer l’innocence de son mari et préserver leurs deux garçons des conséquences dévastatrices de cette mise en cause.
Mais comment rétablir la balance de la justice dans un univers gouverné par l’émotion et la recherche immédiate d’un coupable ? 
Avec un style direct et tendu, Mathieu Menegaux nous livre un roman haletant, une plongée en apnée dans le monde de l’injustice.

J’avais beaucoup aimé "Je me suis tue" et étais donc impatiente de découvrir un autre roman de Mathieu Menegaux. C’est une plongée dans le monde de l’injustice qu’il nous raconte ici, avec la descente aux enfers d’un citoyen lambda, accusé puis innocenté pour finalement être lynché sur la place publique pas des réseaux sociaux voulant se substituer à une justice qu’ils jugent (à tort dans le cas présent !) défaillante. Le récit, par son réalisme, fait littéralement froid dans le dos car on ne peut s’empêcher de penser que l’on pourrait être à la place de l’accusé. Il nous fait aussi nous interroger sur le fonctionnement de la justice mais aussi (et surtout) sur le poids que peuvent avoir à la fois les médias qui nous manipulent et les réseaux sociaux qui donnent tout pouvoir à des gens cachés derrière leur écran, diffusant à tout va (et à une vitesse galopante !) des informations déformées et/ou erronées.
Cette phrase extraite du roman résume bien la teneur du propos : "la télévision et les réseaux sociaux vont réussir là où les policiers ont échoué : faire condamner un innocent".
Un livre que je vous conseille vivement !

  

douce-odeur-pluie

Une douce odeur de pluie (Jojo Moyes) 
Présentation de l’éditeur : Le récit inoubliable de trois générations de femmes irlandaises face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles.
Lorsque Kate fuit son Irlande natale afin d’échapper aux tensions familiales, elle se fait une promesse, celle de toujours être une amie pour son enfant. Quinze ans plus tard, l’histoire semble pourtant se répéter : un gouffre immense s’est creusé entre Kate et sa fille Sabine. L’adolescente quitte Londres pour se rendre chez Edward et Joy, les grands-parents qu’elle connaît à peine.
Marquée par sa séparation douloureuse avec Kate, Joy se réjouit à l’idée de passer du temps avec sa petite-fille mais la réticence de cette dernière s’avère très vite décourageante. Bientôt, la curiosité de Sabine fait resurgir un secret de famille longtemps enfoui, et Joy doit enfin confronter son passé. Après tout, il est peut-être temps de guérir de vieilles blessures…

Jojo Moyes est une auteure que j’aime beaucoup et j’ai lu la plupart de ses romans (son dernier est en bonne place dans la file d’attente de ma liseuse !). Avant de commencer la lecture de celui-ci, je ne savais pas qu’il s’agissait en fait de la réédition de son premier livre, paru en 2003 (il s’intitulait alors "Sous la pluie"). Est-ce pour cette raison que j’ai trouvé moins abouti et moins captivant ? Dans cette histoire, nous suivons trois générations de femmes, aux modes de vie opposés. L’auteure décortique les relations mère-fille et les difficultés de communication entre générations. Les personnages sont attachants et on respire en outre un bon bol d’air pur dans la campagne irlandaise. Malgré quelques longueurs, le roman se lit facilement mais il ne rentrera pas dans le top 5 de mes romans préférés de l’auteure !

 

 

barre-livres

J'ai terminé...

--

 

 Je suis en train de lire...

Embarras-choix