...seul l'oxygène l'est, mais un bon livre oxygène l'esprit"
Dany Laferrière

-

 

entre-deux-mondes

Entre deux mondes (Olivier Norek) 
Présentation de l’éditeur : Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. Un assassin va profiter de cette situation. Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Il est bien difficile d’écrire un avis sur ce roman, bien au chaud derrière le clavier de son ordinateur alors que l’histoire d’Adam, Kilani, Ousmane et les autres me hante encore… D’ailleurs, peut-on vraiment parler de "roman" ? Le lecteur est prévenu dès le début : "Face à la violence de la réalité, je n'ai pas osé inventer".
L’auteur aborde un sujet très complexe et dérangeant, qui est malheureusement toujours d’actualité (et pas près de trouver une solution !). Si la jungle de Calais a été démantelée, le problème des migrants quant à lui reste entier
Sans parti pris, complaisance ou sentimentalisme (mais avec beaucoup d’humanité), Olvier Norek nous ouvre les yeux sur la triste réalité des migrants en nous plongeant au cœur de la Jungle, dans un quotidien sordide et inhumain.  Olivier Norek a vécu auprès des migrants, enquêté avec la BAC de Calais, s’est entretenu avec les bénévoles qui travaillaient dans la jungle. Il rend d’ailleurs hommage aux ONG qui, avec très peu de moyens, essaient d’apporter un peu de chaleur humaine et d’adoucir le quotidien de ces centaines (milliers !) de personnes démunies venues chercher un eldorado qui s’avère être en réalité un enfer d’un autre genre
Son récit est très bien documenté et décrit avec exactitude une réalité qui nous incite à nous poser des questions et nous dérange dans notre confort de nantis.
Je ne peux que vous conseiller ce roman passionnant, lecture coup de poing, intense et émouvante.

 

Vous-faites-quoi-pour-Noel

Vous faites quoi pour Noël ? (Carène Ponte) 
Présentation de l’éditeur : Une comédie légère à 2000 mètres d'altitude, un style enjoué, de l'humour à revendre et un Noël pas du tout comme les autres.
Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau. Pimentez d'un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec Hervé, l'assistant du DRH.
Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance. Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne.
L'urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble ! Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur. Pauline n'a d'autre choix que d'accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l'attend ?

J’avais besoin d’une lecture détente après le livre de Norek et j’ai donc jeté mon dévolu sur cette comédie de saison (je l’ai lue juste avant Noël !). Je n’avais pas été emballée par "Tu as promis que tu vivrais pour moi ", j’avais davantage apprécié "D’ici là porte-toi bien" (mais sitôt lu, sitôt oublié ! J’ai été obligée de retourner lire mon avis pour m’en souvenir !). Cette fois encore, je ne suis pas enthousiasmée par ma lecture et je pense que je passerai mon tour pour le prochain roman de cette auteure. Certes, ce livre remplit sa mission de livre détente mais à mon avis, il s’oublie aussi vite qu’il se lit (comme le précédent !). Il m’a fait sourire parfois… rarement à dire vrai car j’ai trouvé l’humour vraiment très potache (et pourtant, je suis en général bon public !). Est-ce parce que je l’ai lu après un livre coup de poing qu’il m’a paru si futile et superficiel ? Bref, à moins que vous ne recherchiez vraiment une lecture très (trop !) facile, vous pouvez allègrement passer votre chemin…. 

 

Mille-femmes-blanches1

Mille femmes blanches (Jim Fergus)
Présentation de l’éditeur : En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l'intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles... L'une d'elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l'alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l'agonie de son peuple d'adoption...

 Ce livre m’avait été conseillé plusieurs fois mais le récit ne m’a pas transporté autant que je l’espérais. Je lui ai trouvé beaucoup de longueurs et de clichés. L’opposition entre les bons Cheyennes (sauvages) et les méchants Américains (dits civilisés) m’a paru un peu simpliste et caricaturale. En outre, je ne m’attendais pas à ce côté « fleur bleue » du roman, parfois dégoulinant de bons sentiments
Malgré ces défauts, cela reste une lecture très agréable et l’histoire est bien ficelée. Cette épopée dans les espaces du Grand Ouest offre un bon bol d’air pur et prône le retour aux choses simples et naturelles. Ce roman nous amène à réfléchir au sens du terme "civilisé" et même si c’est une œuvre de pure fiction (la promotion du livre laissait croire qu’il s’agissait d’un fait réel... et nombre de lecteurs s’y sont laissés prendre ! Si Little Wolf a bien existé, cette histoire d’échange de 1000 femmes blanches contre autant de chevaux est inventée de toutes pièces), il est un témoignage intéressant sur le génocide des amérindiens.

 

Embarras-choix

L’embarras du choix (Laure Manel) 
Présentation de l'éditeur : Vous êtes-vous déjà  retrouvé confronté à des choix qui peuvent déterminer le cours de votre vie ? Une demande en mariage, par exemple. Prenons Emma. La pétillante Emma est sur le point de dire "oui". A cet instant fatidique où toute l'assemblée est suspendue à ses lèvres. Mais il suffit d'un microscopique contretemps pour que l'hésitation s'engouffre dans l'esprit de la future mariée et la projette soudain dans une vie parallèle, entre oui et non. Ce film intérieur dont elle est l'héroïne lui apportera-t-il la réponse à la question que le prêtre vient de lui poser ?

De Laure Manel, j’avais beaucoup aimé "La mélancolie du kangourou" mais avais été déçue par "L’ivresse des libellules". Pas de déception ici ! J’ai apprécié ce roman à la construction originale, où l’on suit trois histoires, trois futurs possibles pour Emma, sur le point de se marier au début du roman. Ces trois histoires distinctes, qui se déroulent à des âges différents, sont toutes influencées par les rencontres et les choix d’Emma. L’écriture est très agréable et l’analyse psychologique des relations amoureuses très bien décrite. Cette lecture est d’ailleurs beaucoup moins légère qu’il n’y parait et nous pousse à nous interroger sur les conséquences de nos choix de vie.
J’ai bien aimé aussi les "inter chapitres" où chacun des invités se trouve lui aussi confronté à un choix (des choix de toutes sortes, qui n’ont pour la plupart rien à voir avec le mariage !). Par contre, la fin m’a laissée… euh… perplexe ?

 

barre-livres

J'ai terminé...

--

Je suis en train de lire...

Disparaitre