Le blog de Cath

24 octobre 2014

Ateliers à St Mitre les Remparts (13)

Un petit passage aujourd'hui pour vous dire qu'il reste encore quelques places pour les deux journées d'atelier que je proposerai à St Mitre les Remparts (13), à côté de Martigues, les 21 et 22 novembre prochains

Le vendredi 21 novembre, je proposerai l'album "Mes petites photos des grands moments"dont voici l'aperçu

Petites-photos-grands-moments

Cet album niché dans sa boite contient plus d'une trentaine de photos allant jusqu'au format 13 x 18 cm. Il contient des pochettes, des cachettes et une "cascade" de photos. La collection axée voyage peut tout à fait être utilisée pour un autre thème.

 

Le samedi 22 novembre, je proposerai l'album "Un joli moment", dont voici l'aperçu

Un joli moment

Ce "dodu" peut contenir plus d'une quarantaine de photos allant jusqu'au format 13 x 19 cm et recèle des pochettes, dépliants et pliages.

Inscriptions et informations ICI !

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


23 octobre 2014

Une petite astuce collage

Je vais répondre aujourd'hui à une question que l'on me pose très souvent :  comment fais-tu pour coller des découpes très fines ? (comme dans les exemples ci-dessous)

Image1

Voici donc ma technique (mais je suis certaine qu'il en existe d'autres tout aussi efficaces !).

J'utilise pour cela mon tapis en téflon (une surface plastique, comme un rhodoïd, fait tout aussi bien l'affaire). J'y dépose un peu de colle (plus ou moins selon la taille de la découpe à coller)

Collage1

Collage2

Il faut veiller à ne pas faire de gros paquets de colle mais un film assez fin et uniforme.

Je prends ensuite ma découpe avec une pince et je la fais glisser sur ma feuille de téflon encollée

Collage3

Il ne me reste plus qu'à la déposer sur ma page, toujours à l'aide de la pince. 

Collage4

Et voilà un collage uniforme et sans bavures !

Collage5

"Rien ne contribue davantage au bonheur du jour que le bien qu'on a fait la veille."
Edmé Chauvot de Beauchêne

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [89] - Permalien [#]

22 octobre 2014

Capteur d'émotions

Voici dans son intégralité l'album que j'ai proposé le week-end dernier lors de la crop "dans mes montagnes". Réalisé avec la jolie collection Shooting Photo de Lorelai Design, j'ai finalement décidé d'y mettre des photos du Mali que je trouvais parfaites avec les tons du projet !
Rendez-vous en fin d'article pour une nouvelle qui va intéresser certaines d'entre vous....

01

 

L'album s'ouvre en trois parties


02

 

On commence la visite "guidée" par le dépliant de droite, constitué de trois pochettes...

03

04

05

...à l'intérieur desquelles sont glissées des photos supplémentaires.

05(2)

05(3)

On passe ensuite au livret principal

06

07

08

 

Avec là encore des pochettes contenant des photos

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

 

Et sur le fond de l'album, une double-pochette (avec des photos à l'intérieur, évidemment !)

21

22

23

24

25

 

Au final, cet album contient 33 photos (dont les plus grandes mesurent 13 x 18 cm).
Pas mal pour un "petit" projet d'une demi-journée !

On termine par les habituels détails

26

27

28

29

30

31

32

33

Et la nouvelle qui devrait intéresser certaines personnes c'est qu'il me reste des kits de ce projet !


Le kit contient :
- 6 papiers imprimés recto-verso
- 9 cardstocks noirs format A4
- 5 cardstocks coloris ivoire format A4
- cartonnette 2 mm
- 8 étiquettes assorties à la collection de papiers
- 6 tags embossés
- 3 enveloppes
- 1 sachets kraft format 12 x 21 cm
- 1 sachet kraft format 18 x 35 cm
- 1 mètre d'organza
- 2 mètres de ficelle de lin

Le tutoriel détaillé est envoyé par mail sous forme de fichier PDF au moment de l'expédition du colis.

Ce kit est vendu 28 euros, auxquels il faut ajouter 7 euros de participation aux frais d'envoi pour la France Métropolitaine.

Merci de me contacter par mail ou via les commentaires du blog pour réserver un kit et obtenir un bon de commande. Les demandes seront traitées dans l'ordre d'arrivée (mais pas de panique, j'ai une cinquantaine de kits à vendre !!).

TOUS LES KITS SONT VENDUS !

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [79] - Permalien [#]

21 octobre 2014

Instantanés du Sud-Ouest #2

03

04

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]

20 octobre 2014

Taking the scenic route

Et voici le vis à vis de cette page, toujours avec une photo de jeepney.

On-the-road3

Papiers Simple Stories, Bo Bunny et Prima

On-the-road4

Les deux pages côte à côte

On-the-road5

"Plus on est heureux et moins on prête attention à son bonheur."
Alberto Moravia

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]



17 octobre 2014

A chaque saison sa version !

Merci pour tous vos gentils messages sur le tutoriel d'hier. Voilà qui est motivant !
Comme promis, voici quelques versions différentes de cette carte pyramide. On pourrait presque croire que j'ai fait une carte par saison (pourtant, au départ, ce n'était pas volontaire !)

Printemps

Carte-pyramide04

Carte-pyramide05

 

Eté

Carte-pyramide06

Carte-pyramide07

 

Automne

Carte-pyramide08

Carte-pyramide09

 

Hiver

Carte-pyramide10

Carte-pyramide11

"Le bonheur est comme l'image réfléchie par la glace, on le voit toujours mais on ne le saisit jamais."
Edmé Chauvot de Beauchêne 

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [110] - Permalien [#]

16 octobre 2014

Carte pyramide (tuto inside !)

Tiens, nous sommes jeudi ; la rubrique "le p'tit truc du jeudi" renaîtrait-elle de ses cendres ? Ne vous réjouissez pas trop vite, elle ne reviendra que de manière très ponctuelle ! Les "p'tits trucs" ne sont pas une source intarissable (mais j'en ai tout de même 4 sous le coude ☺).

J'avais vu ce style de carte-pyramide sur des blogs américains il y a bien longtemps mais je n'avais jamais pris le temps de la tester. Et pourtant, voilà un modèle facile et rapide à réaliser et qui produit son petit effet une fois ouvert !

Carte-pyramide01

Carte-pyramide02

Bien qu'elle soit en 3D, cette carte se plie facilement pour rentrer à l'intérieur d'une enveloppe standard.

Carte-pyramide03

Je vous montrerai d'autres versions demain ; en attendant, j'ai trouvé ce modèle si mignon que j'ai décidé de le partager avec vous et de réaliser un petit tutoriel à votre intention. Le voici le voilà !

*******************************

Découpez trois carrés de 11 cm de côté : deux dans un coloris (carrés 1 et 2) le troisième dans un coloris contrastant (carré 3)

Carte-pyramide1

Pliez ces trois morceaux dans la diagonale

Carte-pyramide2

Voici le sens dans lequel sont positionnés les papiers lors du collage.

Carte-pyramide3

Collez le carré 3  de manière à ce que le pli soit aligné sur le bord gauche du premier carré, selon la photo ci-dessous.

Carte-pyramide4

Collez ensuite le carré 2 SUR le carré3, en alignant le bord droit sur le pli central du carré 3. Lors du collage, les plis des trois carrés se rejoignent sur le haut du montage.

Carte-pyramide5

Voilà ce que ça donne une fois que l'on met en forme la "pyramide".

Carte-pyramide6

Pour la maintenir en position ouverte, vous pouvez ajouter deux morceaux de ruban

Carte-pyramide7

Carte-pyramide8

Le collage du ruban sera évidemment caché par les papiers imprimés collés sur les différentes faces. Vous pouvez aussi remplacer le ruban par un aimant fin ou un morceau de velcro.

Carte-pyramide9

 

Il ne vous reste plus qu'à décorer la carte ! J'ai pour ma part choisi de ne pas décorer l'intérieur de manière à laisser de la place pour écrire (c'est tout de même le but premier d'une carte, non ?).
Lorsque vous décorez votre carte, pensez au sens dans lequel vous allez la plier pour la glisser dans l'enveloppe, de manière à ne pas coller d'embellissements qui empêcheraient de la fermer !

Et voici les explications condensées en seul schéma ;-) 

Carte-pyramide10

J'espère que ce petit tutoriel vous plaira ! Si vous réalisez ce modèle, je serai évidemment ravie de voir le résultat...

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [118] - Permalien [#]

15 octobre 2014

Louise et le tableau

On retrouve Madame Belle Plume aujourd'hui, avec un nouveau texte produit dans le cadre de ses ateliers d'écriture créative.
Voici la consigne qui était donnée au départ : à partir d’une amorce, écrivez un récit avec un début, des personnages, une action, une description et une fin. Vous introduirez une sensation, une émotion, un sentiment.

Depuis l’enterrement, elle sait qu’elle doit aller à la maison ; elle veut voir le tableau. Elle éprouve un sentiment bizarre à se retrouver dans cette maison vide. Tout lui est souvenir, et tout lui est étranger Une vague odeur de moisi et d’humidité reste prisonnière des murs épais en pisé. Depuis sa petite enfance, elle a toujours détesté cette odeur particulière qui l’agressait chaque fois qu’elle entrait dans le corridor. Elle regarde autour d’elle : partout des tableaux accrochés aux murs. Elle ne s’est jamais intéressée à ces tableaux. Ce sont des huiles sur bois ou sur toile, grossièrement encadrées par son père. Il s’était mis à peindre au tout début des années cinquante puis avait abandonné son chevalet et ses pinceaux dix années plus tard. Elle n’avait jamais compris ce qui l’avait incité à peindre ni ce qui l’avait conduit à ranger définitivement son matériel de peinture. En fait, elle n’avait pas vraiment cherché à comprendre ; son père, elle le fuyait. Pour elle, il était ce personnage froid et sévère qui l’effrayait quand elle était petite et qui se montrait tellement distant lorsqu’elle a grandi. Depuis plus de vingt ans le vieil homme vivait seul ici dans un décor immuable : fauteuil avachi, tapisseries fanées, plafond jauni par les fumées de la pipe fidèle, écran de télévision terni de poussière accumulée et de crottes de mouches. Elle venait lui rendre visite, de temps à autre : devoir de fille respectueuse. Leurs échanges étaient banals et sans intimité : "Papa, tes dahlias sont superbes cette année", "Louise, il faudrait que tu téléphones au livreur de mazout, la cuve est presque vide". Sur les murs du salon, elle reconnaît une rue du village dans des tons rosés de lever de soleil, la place et son église telles qu’elle les a connues autrefois avant que le goudron ne supplante l’herbe folle, des bateaux de pêche amarrés sur la rive ombragée du Rhône, quelques bouquets de fleurs du jardin, zinnias ou reines-marguerites que sa mère aimait tant. Mais c’est dans la petite chambre bleue qu’elle sait trouver la toile qui la préoccupe.
Elle a une hésitation avant d’ouvrir la porte. Elle ne pénétrait plus jamais dans cette pièce ; c’était pour elle un lieu défendu, mystérieux. Il lui semble qu’elle enfreint une interdiction et qu’elle s’apprête à accomplir un acte grave. Elle se sent presque honteuse. Il n’est plus là, elle est maintenant chez elle, voyons ! Elle entre et elle voit immédiatement le tableau qui la hante depuis tant de jours, tant d’années ; il est accroché sur le mur juste en face de la porte, bien éclairé par la fenêtre de droite orientée plein sud. La chambre est parfaitement rangée ; rien n’a changé ; le lit est fait et recouvert du gros édredon rouge. Le coffre à jouets est toujours sous la fenêtre et elle reconnaît, par terre près du coffre, le petit train de bois avec ses wagons rouges et bleus qui fut le cadeau de Noël 1948. Jaillit alors l’image de son petit frère, à quatre pattes sur le tapis, en train de pousser la locomotive. Elle entend son rire espiègle, elle voit ses cheveux blonds tout bouclés, son regard clair et confiant. Les souvenirs douloureux la submergent ; elle n’a jamais oublié la voix douce de la voisine qui, quelques mois plus tard, l’avait prise sur ses genoux : "tu es une grande fille, il faut être courageuse ; tu ne reverras plus ton petit frère". Un trou s’était ouvert dans son cœur et il ne s’est jamais totalement refermé depuis. Ce jour-là, elle avait perdu l’insouciance joyeuse de l’enfance. Un linceul de doute et de tristesse avait enveloppé la famille, et c’est peu après que son père s’était mis à peindre.
Elle lève les yeux vers le tableau : une scène simple et sereine. Une femme jeune et belle, qui ressemble à sa mère avant que ne l’écrase le poids de la douleur, est assise dans un fauteuil de jardin sous le gros tilleul de la cour de la maison, tout près du vieux puits. Elle lit. Dans le carré d’herbe sous l’arbre, un petit garçon accroupi joue avec un train rouge et bleu. La lumière tremble dans ses cheveux dorés. Le beau visage de la jeune femme en tenue d’été est souriant et détendu. Instantané de bonheur. Dans l’angle, en bas à droite, une date : 1950. Ce tableau, elle ne l’a pas revu depuis plus de cinquante ans. Quel âge avait-elle ? Huit ans bien sûr !Elle avait regardé son père assis devant son chevalet ; il donnait des coups de pinceau nerveux sur la toile après avoir choisi parmi les teintes étalées sur la palette celles qu’il jugeait les meilleures. De temps à autre, il s’arrêtait de peindre et la tête penchée vers la droite, les yeux légèrement plissés, il regardait attentivement l’effet obtenu. Elle ne s’approchait pas. Il l’aurait grondée sans doute. Le jour où le tableau fut terminé, son père se leva de son tabouret, il rangea dans leur boîte les tubes de couleurs déformés, parfois même éventrés, il gratta les paquets de peinture séchée sur la palette, il mit les pinceaux à tremper dans le bocal de térébenthine puis, enfin, elle put voir l’œuvre. C’était à la fois beau et troublant. Elle, qui d’habitude était si intimidée face à son père, elle ne put s’empêcher de s’écrier : "Comme tu as fait maman jolie ! Mais pourquoi tu as dessiné mon petit frère ? Et moi ? Je suis où ?" . Le regard glacé qu’il lui adressa l’atteignit en pleine poitrine. Lame coupante, pointe acérée, ce regard ne la quitta plus et accompagna les reproches, l’indifférence, le mépris parfois, qu’elle ressentait durement dans les mots de son père. Au fil du temps, la question perfide s’insinua en elle distillant l’incompréhension, la jalousie et la rancœur. Si le destin sadique avait donné au père la possibilité du choix, n’est-ce pas elle qu’il aurait vouée à la tragédie plutôt que ce petit homme qui lui ressemblait tant et qui transmettrait son nom ?

Elle s’approche du tableau, le décroche du mur, souffle tendrement la poussière qui s’est déposée sur le haut du cadre, le glisse dans son grand cabas et quitte la petite chambre bleue.

L’heure de la réconciliation est peut-être venue.

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [38] - Permalien [#]

14 octobre 2014

Instantanés du Sud-Ouest #1

01

02

"Il faut saisir au vol les pages heureuses de la vie de crainte qu'elles ne se changent en tristesse."
Nikolaï Vassilievitch Gogol

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

13 octobre 2014

♪♫♪ Gondole, gondole ♪♫♪

Retour à Venise en ce début de semaine avec le vis à vis de cette page.

Gondoles-photo-préférée1Papiers Kaisercraft et Bo Bunny - Embellissements carton-bois Embelliscrap -Matrice Sscrap à la carte

Gondoles-photo-préférée2

La voici avec sa voisine

Venise-double

 

Et puisque nous sommes lundi et que certaines se languissent d'Hélya, voici une petite photo qui vous permettra de voir que mon assistante poilue contrôle tout ce que je fais (lorsqu'elle n'est pas en train de chasser les musaraignes et autres mulots !).

Assistante-de-charme

"L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement imposible."
Woody Allen

Posté par CathKiScrap à 07:00 - - Commentaires [48] - Permalien [#]



Fin »