lus

Le-Dernier-des-notres

Le dernier des nôtres (Adélaïde de Clermont-Tonnerre) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : «La première chose que je vis d'elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu'enserrait la bride d'une sandale bleue...»
Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont-Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes newyorkaises, de la tragédie d'un monde finissant à l'énergie d'un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment «le dernier des nôtres».

Ce roman a été très médiatisé (trop ?) et du coup, j'avoue que j'hésitais à le lire, de peur d'être déçue par rapport à certaines critiques élogieuses que j'avais lues à son sujet (j'en avais lu aussi de beaucoup moins élogieuses !!). Je me suis fait ma propre opinion... une opinion mitigée une fois la dernière page tournée. Je rejoins les très nombreuses critiques s'étonnant qu'il ait reçu le prix de l'Académie française. 
Cependant, même si il ne s'agit pas d'un chef d'œuvre à mon sens, il n'en reste pas moins que je l'ai trouvé très agréable à lire. L'intrigue (historiquement intéressante) est bien construite, avec une alternance de chapitres sur deux époques différentes, où les destins des personnages se croisent et s'entremêlent. Le rythme est soutenu et on ne s'ennuie pas à la lecture de ses 500 pages.

 

Perle-coquille

La perle et la coquille (Nadia Hashimi) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Kaboul, 2007. Depuis qu'il a été enrôlé dans les forces talibanes, le père de Rahima n'est plus que l'ombre de lui-même. Sans lui, sa mère et ses soeurs n'ont pas le droit de quitter la maison.
Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui autorise sous certaines conditions, à travestir une fille jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Rahima devient alors Rahim, et découvre une liberté qui va faire naître en elle un désir d'émancipation aussi fort que celui qu'éprouva son aïeule, Shekiba, un siècle plus tôt. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Cet ouvrage attendait depuis (trop !) longtemps sur ma liseuse. Après avoir lu "si la lune éclaire nos pas", que j'avais beaucoup aimé et dont je vous avais parlé ici, j'avais encore plus envie de le découvrir. C'est désormais chose faite et je n'ai qu'un regret : avoir tant attendu pour le lire.
Ce roman est magnifique, bouleversant et j'ai dévoré les 540 pages sans m'ennuyer une seule seconde. Je l'ai trouvé d'une richesse incroyable. Nadia Hashimi nous conte  le destin de deux femmes, à 100 ans d'intervalle. Deux femmes qui font preuve d'une force de caractère impressionnante et qui essaient de surmonter les épreuves avec un courage qui force le respect et l'admiration. Malheureusement, le poids des traditions est tellement fort que le lecteur, atterré, ne peut que faire le triste constat qu'en cent ans, rien n'a vraiment changé pour les femmes en Afghanistan. Privées de liberté, de droits et d'espoir, elles sont toujours les objets des hommes. Données, vendues, échangées, elles n'ont guère plus de valeur que du bétail. L'histoire de Rahima et Shebika, poignante et révoltante, me marquera longtemps.

 

La-vieille-dame-qui-avait-vecu-dans-les-nuages

La vieille dame qui avait vécu dans les nuages (Maggie Leffler) ♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu’elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l’a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu’à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin. 
A qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute ? La réponse arrive en la personne d’une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu’elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d’une amitié aussi belle qu’improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu’à l’émouvante révélation finale...
Ce roman est inspiré de faits réels ― le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès.

5 versions et quatre ans et demi auront été nécessaires à l'auteure pour écrire ce roman très bien documenté, rendant hommage aux WASP (Women Airforce Service Pilot), ces femmes pilotes civiles employées par l'armée américaine durant la seconde guerre mondiale. Même si il présente une facette historique très intéressante, c'est  avant tout une belle histoire, bien ficelée et captivante. L'écriture est très agréable, les personnages attachants et je ne me suis pas ennuyée une seconde durant ma  lecture. C'est un roman très riche, abordant différents thèmes. Il a beaucoup de qualités qui font qu'on lui pardonne ses quelques défauts (la façon dont le destin fait se rejoindre les deux héroïnes n'est en effet pas très crédible !). Une lecture que je vous recommande vivement !

 

voix-cachee

La voix cachée (Parinoush Saniee) ♥♥♥♥♥
Présentation de l'éditeur : Après le succès du Voile de Téhéran, le nouveau roman de Parinoush Saniee. 
À quatre ans, Shahaab ne parle toujours pas. Protégé par sa mère, il n'a pas conscience de sa différence et vit heureux. Puis il découvre que son entourage, y compris son père, le prend pour un idiot et se moque constamment de lui. Son monde de paix et d'harmonie s'écroule. Comment faire face à la violence psychologique dont il est victime ? 
Submergé par la révolte, Shahaab devient un véritable petit démon. Jusqu'à l'arrivée de sa grand-mère. À force d'amour et d'écoute, elle le délivre de sa rage et lui apprend à communiquer. Les voix de Shahaab et de sa mère, Maryam, se mêlent pour raconter cette histoire vraie d'une enfance brisée puis reconstruite. 
De livre en livre, Parinoush Saniee dénonce l'aveuglement des parents iraniens, déchirés entre leur volonté d'émancipation et la pression d'un islam rigoriste, face à la détresse de leurs enfants.

J'avais beaucoup aimé le voile de Téhéran (je vous en avais parlé ici) et j'ai par conséquent eu envie de découvrir ce nouvel ouvrage de Parinoush Saniee (même si je n'avais lu que très peu de critiques à son sujet). Et comme j'ai bien fait ! Si il est totalement différent du précédent, ce nouveau titre est tout aussi captivant et poignant. L'auteure est psychologue et on le ressent à travers ce roman qui traite d'un sujet peu commun : le mutisme chez les enfants. La psychologie (souvent complexe)  des personnages est très bien décrite. L'histoire est dure mais aussi pleine de sensibilité et très émouvante. C'est un superbe roman sur l'enfance et l'éducation. L'auteure dresse au passage un portrait sans complaisance de la société iranienne, et aborde différents thèmes tels le mariage forcé, le poids de la religion, l'extrémisme, la condition de la femme. C'est encore un livre que je vous conseille (et je trouve vraiment dommage qu'il soit passé aussi inaperçu du grand public).

barre-livres

Mes lectures finies

Image1

Ma lecture en-cours

chant-rossignol